/news/law

Une victime d’un viol à 12 ans réclame 600 M$ à Pornhub

Michael Nguyen | Le Journal de Montréal

Le géant montréalais de la porno MindGeek est à nouveau dans la tourmente avec le dépôt d’une action collective de 600 millions $ par une femme qui l’accuse d’avoir hébergé une vidéo du viol qu’elle a subi quand elle avait 12 ans.

• À lire aussi: Tout un château pour le roi montréalais de la porno

• À lire aussi: Poursuite de 40 millions $ US contre Pornhub en Californie

• À lire aussi: Pornhub retire de son site les contenus d'utilisateurs «non vérifiés»

« Le contrôle d’une personne sur la diffusion d’images intimes est un droit fondamental. MindGeek aurait dû s’assurer que le contenu non consensuel ne soit pas disponible. À la place, elle a généré des revenus significatifs avec ces images », peut-on lire dans une récente poursuite intentée à Montréal au nom d’une Ontarienne.

La femme, dont l’identité n’a pas été dévoilée étant donné qu’elle a été victime d’abus sexuels, explique dans sa poursuite avoir intenté le recours après qu’une connaissance l’eut informée qu’elle semblait être reconnaissable dans une vidéo diffusée sur le site pornographique Pornhub.

Devanture du propriétaire du site pornographique Porn Hub.

Photos d'archives, Ben Pelosse et courtoisie

« Elle pouvait s’identifier, ainsi que l’événement en question, indique le document de cour. Elle a rempli un formulaire pour faire retirer la vidéo, mais tout ce qu’elle a reçu, c’est une réponse automatique quelques jours plus tard. »

La dame veut donc faire autoriser une action collective de 600 millions $, au nom de ceux qui ont vécu le même cauchemar.

D'autres exemples  

Depuis le mois passé, l’entreprise montréalaise MindGeek est dans la tourmente, à la suite de révélations voulant que Pornhub, qui a 3,5 milliards de visites par mois, héberge des vidéos de pornographie juvénile et d’agressions sexuelles.

Le document donne d’ailleurs plusieurs exemples de cas similaires à l’Ontarienne, dont un en Angleterre montrant le viol d’une ado de 14 ans, ou encore celui d’une Autochtone torturée et agressée sexuellement qui n’a pas réussi à faire retirer les vidéos du site web. 

Et pendant ce temps, Pornhub faisait des affaires d’or. L’un de ses propriétaires, Feras Antoon, est d’ailleurs en train de se faire construire une vaste et luxueuse résidence en bordure du Bois-de-Saraguay, dans le nord de Montréal, comme l’a rapporté Le Journal le mois dernier. 

Larguée  

Depuis, MindGeek a assuré que des mesures sérieuses sont prises, mais les résultats ont été mitigés puisque des compagnies de cartes de crédit ont largué Pornhub, qui a ensuite effacé des millions de vidéos de son site web. 

Mais c’est trop peu trop tard selon la poursuite, qui affirme que « MindGeek aurait dû prendre ces mesures minimales plus tôt, en 2007 ».

À moins d’un règlement à l’amiable, la demande sera bientôt présentée à un juge. Les procédures pourraient toutefois durer des années.

MindGeek n’a pas répondu au Journal

Dure année pour le géant montréalais de la porno  

Février 2020

Le mouvement #Traffickinghub est lancé, visant à dénoncer les vidéos d’exploitation sexuelle disponibles sur le site internet Pornhub, détenu par la montréalaise MindGeek.

4 décembre 2020

Le New York Times publie une enquête révélant que des vidéos de viol et de pornographie juvénile se retrouvent sur Pornhub.

8 décembre 2020

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, annonce qu’il déposera au début de 2021 un projet de loi visant à obliger les plateformes en ligne à retirer leur contenu illicite.

9 décembre 2020

La ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, invite les consommateurs de porno à dénoncer le contenu illicite.

10 décembre 2020

Les compagnies Visa et MasterCard bloquent les paiements effectués avec leurs cartes de crédit sur Pornhub.

15 décembre 2020

Face à la pression, MindGeek retire des millions de vidéos du site Pornhub et indique que, dorénavant, seuls les utilisateurs vérifiés pourront mettre en ligne des vidéos.

16 décembre 2020

40 femmes en Californie intentent une poursuite de 40 millions $ contre MindGeek pour des vidéos diffusées sans leur consentement.

21 décembre 2020

Le Bureau d’enquête révèle que le gouvernement du Québec a versé 100 000 $ de subventions, dont 7000 $ provenant du Fonds vert, à MindGeek.

29 décembre 2020

Une demande d’action collective de 600 millions $ est déposée à Montréal contre MindGeek.