/news/coronavirus

Elle défend son choix d’être partie en voyage malgré la pandémie

La décision ne s’est pas prise du jour au lendemain, mais finalement, Rania Marina a fait le choix d’aller dans le Sud avec ses enfants pendant les Fêtes.

Mme Marina a fait ses recherches, a pesé les pour et les contres et évalué les risques liés à son voyage. Au terme de sa réflexion, et malgré les critiques acerbes de la population envers les voyageurs, elle a plié bagage et s’est envolée sous le soleil de Punta Cana.

«Ce qui était important pour moi c’était que je sois vraiment à l’aise avec la décision parce que même l’agence de voyages me l’avait dit ‘’c’est à vos risques et périls’’», explique la mère de famille à Denis Lévesque.

La décision a été réfléchie : pour limiter les risques, elle a préféré Punta Cana au Mexique et elle a choisi un tout-inclus où elle était déjà allée où elle s’est informée des règles sanitaires en place.

Pour ce qui est des critiques, Rania Marina est d’avis que les Québécois sont ceux qui perçoivent particulièrement mal la situation.

«Je trouve que c’est vraiment vraiment au Québec que c’est très mal vu. Le voyageur est très très mal perçu», dit-elle.

Si elle dit avoir été choquée par les images de vacanciers sur les plages qui ne respectaient pas les consignes sanitaires, Mme Marina affirme qu’elle n’a pas été témoin de telles situations.

Néanmoins, la femme est d’avis que peu importe l’endroit, les fêtards ne s’empêcheront pas de fêter.

«Dans ma tête, un Québécois qui va faire la fête, il va la faire au Québec ou il va la faire à Punta Cana, ou à Cancún», explique-t-elle.

«Si tu es discipliné, tu vas l’être ici et tu vas l’être même 10 fois plus ailleurs. Pourquoi? Parce que tu ne veux pas qu’un malheur t’arrive ailleurs», indique Mme Marina.

Pour elle, les risques d’attraper la COVID en voyages ou dans l’avion ne sont pas plus élevés que si elle se rend faire des courses chez Costco, défend-elle.

Celle qui est revenue le 5 janvier achève sa période de quarantaine. Soyez rassurés, elle n’a pas réclamé la somme de 1000$ à son retour et n’a pas l’intention de le faire. Elle déplore d’ailleurs le fait que certains pourraient le faire.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.