/news/tele

«L’Académie» : Fanny Mallette, empêcheuse de tourner en rond

Marie-Josée R. Roy | Agence QMI

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Fanny Mallette vient jouer les trouble-fête dans la troisième saison de «L’Académie», dont la cloche sonnant la fin définitive des classes retentira cet hiver à TVA.

L’actrice emprunte les traits d’Agnès, la détestable maman de la non moins malcommode Julie Couture (Laetitia Isambert-Denis) dans l’ultime chapitre de la série scolaire de Sarah-Maude Beauchesne, qui a d’abord été déposée sur Club illico au printemps dernier.

Agnès est à la tête du conseil d’administration de l’école d’Agathe (Léa Roy), Marie (Juliette Gosselin), Wendy (Sabrina Bégin Tejeda) et les autres, qui ne comptent pas laisser cette empêcheuse de tourner en rond gâcher leur bal de finissants.

On comprendra enfin, en constatant à quel point cette femme peut être snob, rigide, contrôlante et rébarbative à toute forme de plaisir, pourquoi Julie a tant de mal à se faire des amis et se révèle souvent vilaine avec ses camarades.

«C’est sûr qu’elle est extrême», admet Fanny Mallette, en échappant un petit rire lorsqu'elle parle de son personnage.

«Mais, même si elle est vraiment maladroite, c’est par amour qu’elle l’est. On comprend que la fille d’Agnès est vraiment tout son univers et que, depuis que Julie est née, elle a bâti toute sa vie autour de sa maternité et de ce qu’elle pense être bien pour son enfant. C’est une femme qui, pour avancer dans la vie, a besoin d’une certaine discipline et d’un encadrement. Donc, forcément, elle impose la même chose à sa fille, puis aux élèves de l’école, et même au comité de parents et à la directrice (Pascale Bussières, NDLR). Elle a une motivation qui est louable, mais elle n’a vraiment pas la bonne façon d’y arriver.»

À la «Harry Potter»

Reconnaissant un certain aspect caricatural à son alter ego de «L’Académie», Fanny Mallette compare d’ailleurs Agnès à la bornée Dolores Ombrage de «Harry Potter», la méchanceté physique en moins.

Sarah-Maude Beauchesne avait déjà elle-même mentionné s’être inspirée de l’univers de Poudlard pour créer l’environnement particulier de «L’Académie», où les étudiants assistent à des leçons de mécanique et de cuisine entre deux cours magistraux.

Outre une apparition, il y a plusieurs années, au générique de «Dans une galaxie près de chez vous», Fanny Mallette n’avait jamais participé à une émission jeunesse. Elle dit avoir été gâtée en vivant son baptême du genre dans un projet comme «L’Académie».

«Je ne suis pas le public-cible, et je suis maman de garçons qui sont moins portés sur la télé. Je connaissais Sarah-Maude seulement par personnes interposées, mais quand j’ai reçu les textes de "L’Académie", j’ai vite constaté que c’était bien écrit. Elle touche à une profondeur humaine, à toutes sortes de questionnements, à la peur, l’angoisse, la joie. Je trouve qu’elle a une bonne façon de s’adresser aux jeunes, sans les prendre pour des enfants ou des attardés (rires). Il y a quelque chose de très simple, comme si elle était encore très proche de sa propre jeunesse.»

«L’Académie», le mardi et mercredi, à 19 h, à TVA, dès mardi, et toujours disponible sur Club illico. Fanny Mallette apparaîtra aussi cet hiver dans «Les beaux malaises 2.0», en ondes à TVA dès le 27 janvier.