/news/faitesladifference

Bénévolat: s’aider en aidant les autres

Anne-Josée Vaillancourt est bénévole

L’année 2020 est enfin terminée. Cette année qui a eu sur nous divers impacts collatéraux. Des peurs croissantes, des deuils de toutes sortes, des peines immenses causées par le gouffre de la solitude imposée. La peur de voir des gens qu’on aime mourir : son conjoint, mère, père, enfants. La peur aussi de mourir, de plonger dans le coma de la mort. 

Et puis, la résilience et la solidarité se sont installées en presque chacun de nous, en venant en aide à des personnes plus vulnérables répondant ainsi à l’appel du premier ministre Legault pour se joindre à la roue des bénévoles en manque, tant les besoins sont nombreux et qu’ils se poursuivront malgré tous nos efforts. 

Parler apporte du réconfort. Être écouté sans jugement et avec compassion soulage nos âmes et nourrit tout espoir.

Un cadeau

En 2020, j’ai répondu à cet appel du cœur en m’inscrivant pour faire des appels d’amitiés. Je me suis fait un des plus beaux cadeaux possible : m’aider en aidant les autres. 

En recevant un Certificat honorifique de l’Assemblée Nationale du Québec pour mon implication bénévole auprès de ma communauté, cette reconnaissance de mes pairs n’a pas de prix à mes yeux. Mon cœur surpris de cette appréciation a bondi de sollicitude et d’amour encore plus fort pour mon prochain. Une belle toile d’une artiste peintre de Charlevoix m’a également été offerte. Le titre : la bienveillance. Elle colore mon cœur de sérénité et illumine ma traversée vers un monde meilleur.

Photo Courtoisie

La bienveillance : pour 2021, c’est ce que je nous souhaite. De la bienveillance envers nous et les autres. De la gratitude envers notre gouvernement et son équipe dévouée. Des étreintes par les yeux. Des étincelles de bienfaisance par des gestes concrets envers nos plus vulnérables. Des mots d’encouragement, lueur d’espoir pour les gens seuls, découragés et éteints par leur souffrance. 

L’espoir

Tout finira par s’arranger, tout finit par passer! Garder le cap sur l’espoir. Je crois que notre vie ne sera plus jamais pareille. Et ce que j’aimerais en retenir, c’est l’essentiel dans nos vies -L’amour- des nôtres, de soi et surtout de notre prochain. Créer une chaîne de compassion et de respect les uns envers les autres. Tricoter la reconnaissance. Donner au suivant! Et surtout, continuer à respecter les consignes sanitaires, encore plus, avec davantage de conviction et se serrer les coudes en attendant de se serrer dans nos bras. 

Je suis fière d’avoir respecté au maximum ce que la santé publique a répété des jours et des jours, supplié parfois. J’en ressors plus forte, plus outillée devant l’adversité et je nous souhaite à tous de continuer à donner de notre temps, un peu de nous, et à envisager le futur autrement pour ne pas s’entendre dire : j’aurais donc dû!...

Anne-Josée Vaillancourt
Bénévole Centre de Parrainage Civique Québec

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?