/news/coronavirus

Hôpitaux saturés: des patients transférés 175 km plus loin

TVA Nouvelles

En plus du délestage, dont l’annulation d’interventions chirurgicales importantes, certains hôpitaux ont commencé à transférer des patients dans l’autres établissements, de manière à désengorger leurs unités.

• À lire aussi: Annuler ou maintenir la semaine de relâche?

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Hausse des hospitalisations : «ça n’inclut pas encore le retour des voyageurs»

C’est ce qu’a confirmé Dr Gilbert Boucher, intensiviste et président de l’Association des spécialistes en médecine d’urgence du Québec, en entrevue sur LCN, mardi.  

«Avec un système saturé, la moindre hausse des cas fait qu’on n’a plus de place dans nos hôpitaux et il faut transférer les gens», explique le spécialiste. 

Il précise que depuis le week-end, des patients de l’Hôpital Anna-Laberge situé à Châteauguay, en Montérégie, ont été transférés à Sherbrooke, à 175 km de distance. 

«Certains patients de la Rive-Sud sont envoyés aussi loin qu’à Saint-Hyacinthe. On espère ne pas avoir à en transférer à Québec ou des endroits comme ça, [éloignés]. C’est ça qui rend les choses difficiles en ce moment», détaille le Dr Boucher. 

Ce scénario de devoir transférer des patients en région plus éloignée est envisagée par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

«Au-delà de la disponibilité des lits, d'autres facteurs influencent la capacité hospitalière, notamment la disponibilité du matériel et du personnel. Le ministère évalue, de concert avec les PDG des établissements, la situation quotidiennement, et s'assure d'être prêt pour le transfert de patients vers leurs installations ou d'autres installations», expliquait vendredi le ministère de la Santé et des Services sociaux dans un courriel transmis à TVA Nouvelles.

La sous-ministre adjointe à la Santé Lucie Opatrny, l’a souligné dans le point de presse des autorités mardi, la situation dans les hôpitaux est «très critique». 

Malgré tous les efforts déployés actuellement, si la tendance se maintient, plusieurs patients « risquent d’en subir les conséquences», a-t-elle prévenue mardi. 

Certains pourraient par exemple voir leur greffe de rein ou leur coloscopie reportée à une date inconnue. 

Déjà 140 000 chirurgies sont en attente d’être réalisées. 

Dans la même catégorie