/finance/homepage

Guerre de mots entre Air Transat et Pierre Karl Péladeau

Agence QMI

STEVE MADDEN/AGENCE QMI

Air Transat et le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, se sont renvoyé la balle mardi en marge d'offres d'achat déposées par l'homme d'affaires pour mettre la main sur le transporteur aérien.

• À lire aussi: Pierre Karl Péladeau demande à Ottawa de bloquer la vente de Transat

• À lire aussi: Les chances d’approbation de la vente de Transat, à peine du 50-50, selon un expert

L'entreprise en voie d'acquisition par Air Canada a cherché à démêler des informations véhiculées par des médias en indiquant, mardi, avoir reçu une offre de 6 $ par action de la firme d'investissement de Pierre Karl Péladeau, Gestion MTRHP, le 11 décembre, quelques jours avant une assemblée extraordinaire des actionnaires d'Air Transat, le 15 décembre.

Or, le transporteur a affirmé avoir rejeté cette offre puisqu'elle ne représentait pas, à son avis, une «proposition supérieure» à la proposition d'acquisition mise sur la table par Air Canada. Les actionnaires ont approuvé, à nouveau, la vente de Transat à Air Canada le 15 décembre.

Cette position a fait réagir l'homme d'affaires en soirée. M. Péladeau juge que sa proposition se conformait aux exigences «puisqu'elle était supérieure de 20 % au prix offert comptant par Air Canada et qu'elle était entièrement financée», a-t-il indiqué par communiqué.

«Cette offre pouvait même constituer une meilleure offre à celle d'Air Canada puisqu'elle n'est pas assujettie à l'obtention des autorisations des autorités réglementaires en matière de transport et de concurrence au Canada et devant la Commission européenne», a jugé M. Péladeau.

Seconde offre

Quoi qu'il en soit, Gestion MTRHP a aussi déposé une offre d'achat à 5 $ par action, le 22 décembre. Cette offre deviendra valide, pendant une durée de 24 heures, si jamais l'acquisition d'Air Transat par Air Canada est rejetée, ce qui n'a pas fait l'affaire d'Air Transat.

«Cette offre, qui a été soumise sans preuve de financement ferme, semble avoir été faite dans le but d'influencer négativement le processus d'approbation réglementaire en suggérant qu'il existe une solution de rechange si les autorités de réglementation choisissent de rejeter l'arrangement entre Transat et Air Canada», a dénoncé le président du comité spécial du conseil d'administration de Transat, M. Jean-Yves Leblanc.

M. Péladeau, de son côté, a assuré que sa seconde proposition est bel et bien financée, «de façon ferme et engagée, soit une facilité de crédit récemment mise à la disposition de Gestion MTRHP inc.»

La vente d'Air Transat a été plombée par la pandémie de COVID-19. Au début du processus en 2019, Air Canada avait offert 18 $ par action, une somme depuis revue à seulement 5 $ par action. Cette transaction doit encore obtenir l'aval des autorités pour pouvoir aller de l'avant.

Dans la même catégorie