/news/techno

Transformer l’apprentissage de la routine chez les enfants en jeu vidéo

Raphaël Brouillette | TVA Nouvelles

Après trois ans de travail et une collaboration avec l’Université du Québec à Trois-Rivières, l’entreprise Neuro Solutions lance son application conçue notamment pour répondre aux réalités des jeunes ayant un TDAH ou un trouble du spectre de l’autisme.

La plateforme «Kairos» plonge l’enfant dans un monde virtuel où, à l’aide d’un avatar, il doit réussir certaines épreuves reliées à l’accomplissement de tâches programmées par les parents.

Selon la fondatrice de Neuro Solutions, Annie Martineau, c’est la relation de l’enfant avec l’avatar qui est la clé du succès.

«Le jeu va permettre à l’enfant d’accumuler des points qui vont lui permettre de progresser aux prochains niveaux. S’il ne réalise pas ses tâches, son avatar va lui expliquer qu’il n’a pas les pouvoirs nécessaires pour progresser et qu’il doit continuer à réaliser des tâches», a-t-elle expliqué.

Le département de psychoéducation de l’UQTR est au cœur du projet depuis le début. Des chercheurs ont réalisé deux études cliniques, dont une où les résultats seront publiés en mars.

Plus de deux cents familles ont utilisé la plateforme sur une période de huit semaines et les résultats sont concluants selon le directeur du projet, le professeur Dany Lussier-Desrochers.

«Plusieurs familles nous disent qu’ils ont vu une amélioration notable dans la dynamique à la maison. L’enfant fait ses routines, mais il y a aussi des impacts sur l’estime de soi. Il est fier de ce qu’il réalise», a-t-il affirmé.

Ce qui distingue cet outil sur le marché, c’est la section dédiée aux parents, créée en collaboration avec l’UQTR. Ils sont conseillés par des experts tout au long du cheminement de l’enfant.

Dany Lussier-Desrochers ajoute que la réussite est un travail d’équipe.

«Que ça soit pour aider à établir une consigne claire ou de faire du renforcement positif à l’aide du jeu. Le succès de l’application nécessite aussi une implication des parents.»

C’est d’ailleurs un projet personnel pour Annie Martineau, alors que son fils William a reçu un diagnostic du spectre de l’autisme il y a plusieurs années. L’implantation d’une routine était un réel défi pour cette mère de famille.

William étant un grand amateur de jeu vidéo, Annie a donc abandonné son emploi dans le multimédia et s’est consacrée à temps plein pour trouver une solution.

Un outil dont elle a présenté le produit final ce lundi sur les plateformes d’applications mobiles.