/news/coronavirus

Vaccination : des risques de ruptures de stock dans certaines régions

TVA Nouvelles

La cadence de vaccination du Québec ne suit plus le rythme de livraison des vaccins par Ottawa, si bien que certaines régions de la province pourraient devoir ralentir considérablement leurs efforts de vaccination, ont indiqué des responsables du ministère de la Santé à TVA Nouvelles.

• À lire aussi: Pfizer/BioNTech : le Canada met la main sur 20 millions de doses additionnelles

• À lire aussi: Les États-Unis vont arrêter de retenir la 2e dose dans la distribution des vaccins

Le ministre de la Santé Christian Dubé avait averti, lundi, que le Québec ne comptait plus que sur 20 000 doses des vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna, pressant au passage le fédéral d’accélérer le pas pour leur livraison.

«Des vaccins, amenez-en!», avait-il lancé en point de presse.

Or, les doses qu’espérait obtenir le gouvernement au cours des dernières heures ne sont pas arrivées, indique-t-on à Québec.

Le ministre Dubé a précisé mardi en fin d'après-midi que le Québec devrait recevoir 80 800 doses du fédéral dès mercredi et jusqu'à vendredi. Ces vaccins devront par la suite être distribués dans le réseau de la santé, puis administrés dans les prochains jours «en fonction du temps de livraison dans le réseau et les rendez-vous avec la clientèle visée».

Ce sont 7 058 doses de vaccin qui ont été administrées lundi au Québec, pour un total de 99 510. Au total, 86 % des doses disponibles ont été injectées dans la province.

De la friture sur la ligne   

Le respect du calendrier de vaccination pour l’injection de la deuxième dose du vaccin de Pfizer/BioNTech continue de créer des remous entre Québec et Ottawa.

La ministre fédérale de l’Approvisionnement, Anita Anand, a réitéré mardi l’importance pour les provinces – notamment le Québec – de respecter les échéanciers de vaccination prévus par les pharmaceutiques. La rapidité de livraison des doses aux provinces dépend entre autres, selon elle, de leur respect de ce calendrier.

«Ce que j’entends des pharmaceutiques, c’est l’importance de s’en tenir aux échéanciers recommandés. Plus les provinces et les territoires le font, plus je suis dans une position forte à la table des négociations pour obtenir des livraisons plus tôt», a-t-elle affirmé.

Rappelons que le Québec a décidé de ne pas garder en réserve la deuxième dose destinée aux personnes déjà vaccinées dans le but d'accélérer sa campagne de vaccination.

Une communication officielle du gouvernement pourrait être rendue publique mercredi afin d’expliquer quelle sera la stratégie pour l’inoculation de la deuxième dose au Québec.

Le premier ministre François Legault a indiqué lundi que la province était prête à conserver des doses afin d’éviter des ruptures de stock, comme le demande Ottawa.

Dans la même catégorie