/news/society

Du soutien demandé pour les étudiants du cégep et de l'université

Ce sera une session entièrement à distance à travers le Québec pour les étudiants du cégep et de l'université.

• À lire aussi: Une session universitaire à la limite du tolérable

• À lire aussi: Quand les cours virtuels mènent à l’abandon

• À lire aussi: Il faut croire à la réussite des élèves en difficulté

Les associations étudiantes réclament des mesures pédagogiques supplémentaires. On demande notamment des éclaircissements sur la pondération. 

Il y a aussi de l’inquiétude quant à l’isolement des étudiants alors que 64% des cégépiens ont dit que leur santé mentale s’était détériorée au cours des derniers mois. 

«Créer des occasions de briser cet isolement autant à distance qu’en présence, lorsque ce sera possible, ça va être une priorité», propose Noémie Veilleux présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec.

On demande aussi une meilleure adaptation des cours à distance puisqu’il y a une grande disparité d’un établissement à un autre. 

«Il y a des cours qui n’ont complètement pas été adaptés où il n’y avait aucune interaction avec l’enseignant dans un cours à distance. On a besoin d’un meilleur soutien pédagogique pour les étudiants», explique Jade Marcil présidente de l’Union étudiante du Québec.

215 millions de dollars ont été investis dans le réseau pour soutenir les étudiants et les professeurs. La ministre de l'Enseignement supérieur espère que les étudiants seront de retour en classe bientôt. On évalue la possibilité de permettre certains contacts pour des étudiants. 

«Est-ce qu’il y aurait possibilité, pour les étudiants qui n’ont aucun contact, d’avoir des contacts de différentes natures? Que ce soit un cours, une activité sur le campus en respectant les mesures sanitaires», affirme la ministre Danielle McCann.

Pour l’instant, la santé publique n’a pas donné son aval. Le moment ou les étudiants seront de retour en salle de cours apparaît bien lointain.