/news/coronavirus

Vaccin: le personnel scolaire d'abord, plaide une épidémiologiste

Vincent Larin

Le personnel scolaire devrait être vacciné avant les personnes âgées puisque les écoles sont parmi les seuls endroits à être ouverts en ce moment, plaide l’épidémiologiste Nimâ Machouf.

Pour le moment, les professeurs et autres professionnels de l’enseignement se situent en fin de liste dans l’ordre de priorisation établi par le gouvernement, dans la catégorie des «travailleurs dans les services essentiels âgés de moins de 60 ans».

Or, estime Nimâ Machouf, il y a urgence d’agir dans le contexte où le réseau scolaire sera ouvert pendant les prochaines semaines.

«C’est vrai que les personnes âgées sont celles qui vont le plus souffrir de la maladie parce que le taux de mortalité est plus élevé chez eux, mais dans le contexte actuel où la société est en [confinement] et perturbée, le secteur scolaire peut devenir un grand facteur de propagation», a-t-elle dit-elle mercredi à l'Agence QMI.

Vendredi dernier, le numéro deux de la Santé publique, le Dr Richard Massé, a annoncé que le personnel des écoles et les intervenantes de la petite enfance sont désormais considérés comme des travailleurs essentiels.

En vertu du calendrier de vaccination, on peut penser que les travailleurs du réseau de l’éducation et des services de garde pourront être inoculés au début du printemps, vers la fin mars ou au début du mois d’avril.

Compte tenu du temps qu’il faut au vaccin pour être efficace une fois inoculé, les effets de la vaccination du personnel scolaire risquent de se faire sentir seulement au début de l’été, là où le taux de transmission du virus diminue de toute façon, déplore Mme Machouf.