/regional/montreal/montreal

Valérie Plante s'inquiète de la situation en itinérance

Yves Poirier | TVA Nouvelles

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a exprimé son inquiétude mercredi matin face au fait que les refuges pour itinérants ont atteint leur pleine capacité, que le personnel de soutien est à bout de souffle et elle réclame que cette clientèle notamment les autochtones qui sont à la rue soient vaccinés en priorité.

• À lire aussi: La vaccination en priorité des itinérants réclamée

• À lire aussi: Itinérance: le fédéral verse près de 40 M$ de plus au Québec

Dans le cadre de la séance du comité exécutif, Valérie Plante, qui réalisait sa première intervention publique, a tenu à souhaiter d’abord une bonne année aux Montréalaises et Montréalais, elle leur souhaite «la santé, le bonheur et le reste suivra», a-t-elle déclaré. «On est clairement dans une autre vague et on veut éviter à tout prix d’autres décès liés à la COVID, on est fatigués, on en a marre, on voudrait retourner à nos activités régulières mais il faut rester vigilant et résilient. Je vous supplie de suivre les règles, de rester dans votre bulle.’»

Itinérance  

Depuis deux semaines, 1366 places d’hébergement d’urgence sont reparties dans différents établissements dont des haltes-chaleur, des hôtels et des refuges. La mairesse précise que 150 places vont s’ajouter prochainement. 

Elle affirme que des ajustements pour accommoder la clientèle ont été mises en place en raison d’un petit incendie qui a récemment endommagé certaines chambres de l’hôtel Dupuis. On a dû s’adapter aussi à des situations d’éclosions dans certains refuges.

La mairesse souhaite par ailleurs que la population itinérante notamment les autochtones monte dans l’échelle des priorités de la vaccination contre la COVID.

Enfin, en ce qui a trait à la personne interpellée dimanche soir dernier après le couvre-feu par le SPVM, Valérie Plante a tenu à amener des précisions. Elle affirme que les policiers sont intervenus auprès de l’individu en raison de la vente de stupéfiants.

«Oui, on fait preuve d’empathie mais on s’attend aussi à ce que la lutte contre la drogue se poursuive», a précisé la mairesse en soulignant que le SPVM fait preuve d’une grande tolérance mais il se peut que des gens fassent quand même l’objet d’intervention pour activités illicites.

Dans la même catégorie