/news/coronavirus

Deuxième dose retardée : «on fonctionne beaucoup sur les hypothèses»

TVA Nouvelles

La stratégie du gouvernement Legault de repousser l’administration de la deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 jusqu’à 90 jours soulève plusieurs questions chez les experts. 

• À lire aussi: Québec prêt à attendre jusqu’à 90 jours pour la 2e dose

• À lire aussi: La première personne vaccinée au Canada a eu la COVID

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

«Ce qui m’achale un peu, c’est qu’on fonctionne beaucoup sur des hypothèses. On dit qu’on ne veut pas fonctionner sur les "si", mais on fonctionne beaucoup sur les hypothèses en fait», affirme le virologue à la retraite Jacques Lapierre. 

Ce dernier soutient que le gouvernement «assume que même si on prolonge le temps entre la première et la deuxième vaccination, il n’y aura pas de baisse d’immunité». 

Une situation pour laquelle il n’y a pas de données disponibles, dénonce M. Lapierre. 

«On dit que pour les premiers 90 jours, il n’y aura pas de baisse d’immunité et l’effet booster de la 2e dose va se faire. On n’a pas de données pour ça. Donc c’est des hypothèses, on fonctionne avec des hypothèses», déplore-t-il. 

Écoutez l’entrevue complète de Jacques Lapierre dans la vidéo ci-dessus.