/news/coronavirus

Éclosion dans un CHSLD de Trois-Rivières: les employés inquiets

L'éclosion dans le Centre d’hébergement Cooke, à Trois-Rivières, prend de l'ampleur, alors que l'on compte trois unités touchées et de plus en plus de travailleurs tirent la sonnette d’alarme.

En date de jeudi, 25 résidents et 19 travailleurs ont reçu un résultat positif à la COVID-19. Les employés de la santé tentent de dénoncer ce qui se passe à l'interne, mais ils se sentent muselés.

«Ce contrôle et l'omerta du silence ne sont pas nouveaux dans le réseau de la santé. Ça ne me surprend pas que les membres hésitent à parler», a souligné le président du Syndicat régional du personnel paratechnique, services auxiliaires et de métiers, Pascal Bastarache.

Il devient de plus en plus difficile de connaitre les détails de ce qui se passe entre les murs des milieux d'hébergements. Nos sources sont des employés du réseau et ils craignent les représailles de l'employeur si elles parlent à la caméra. Elles brisent le silence par écrit.

«Nous avons besoin d'aide, sinon tout le monde va tomber comme des mouches! Déjà, on met la vie de nos résidents en danger», a témoigné par écrit un membre du personnel.

48 heures avant d’agir  

Sur le terrain, des employés comparent la situation à celle du CHSLD Laflèche au printemps dernier: manque d'uniforme et de matériel de protection, improvisation et épuisement généralisé.

«Visiblement les gestionnaires n'ont pas de plan A, B ou C. Ç'a pris 48 heures pour décider quelle porte les employés allaient utiliser pour entrer dans la zone rouge. En deux jours, la contamination peut se faire rapidement», a souligné un membre du personnel, qui a requis l’anonymat.

«On peut se retrouver seul dans une unité rouge pendant quatre heures avec 13 patients à notre charge. Ça n'a pas de sens», a aussi indiqué un membre du personnel.

Les autorités de la santé soulignent que les principaux enjeux du secteur sont l'errance des résidents et l'environnement physique, comme le fait que des toilettes soient partagées.

Des mesures ont été mises en place. Les mesures d'hygiène et de salubrité ont été rehaussées. Les équipes en prévention et contrôle des infections sont sur place.

La gestionnaire du Centre d’hébergement Cooke a décliné notre demande d'entrevue. Le CIUSSS de la Mauricie–Centre-du-Québec avoue que la situation est préoccupante, mais que les actions nécessaires sont prises pour restreindre la transmission du virus. Des opérations de dépistage se poursuivent dans les prochains jours et ils espèrent enregistrer une diminution de cas.