/news/society

Ne pas hésiter à aller aux urgences pédiatriques malgré le couvre-feu

TVA Nouvelles

Les médecins des urgences pédiatriques de Sainte-Justine et de l'Hôpital de Montréal pour enfants s’inquiètent depuis le début du couvre-feu. 

Ils remarquent que des parents hésitent à se rendre aux urgences, alors qu'ils devraient le faire pour leur enfant blessé ou très malade. 

Il semble que les parents retardent la visite au centre hospitalier de peur de se faire interpeller par les policiers. Toutefois, les urgences font partie des exceptions. 

De plus, lorsque les parents quitteront l’hôpital, ils se verront remettre une lettre qui confirme qu’ils se sont bel et bien présentés aux urgences de l’hôpital pédiatrique. 

«Après 20h, on a beaucoup moins de patients et on a constaté qu’on a des patients qui arrivent le lendemain avec des maladies qui n’auraient pas dû attendre toute la nuit», explique le Dr Antonio D'Angelo du CHU Sainte-Justine.

Habituellement, plus de 100 patients ont été vus le soir et la nuit. Il y en a presque deux fois moins.

Le chef des urgences dit avoir vu des cas de fractures, de dislocations ou de lacérations qui ont trop tardé.

Le même phénomène est observé à l'Hôpital de Montréal pour enfants. 

«Des patients avec des difficultés respiratoires qui devraient se présenter plus rapidement, mais des parents hésitent parce qu’ils ont peur du couvre-feu, des bébés qui font de la fièvre, ces parents devraient venir tout de suite pour consulter», affirme Sylvie Lévesque infirmière gestionnaire.

Des parents rencontrés par TVA Nouvelles admettent avoir des craintes, mais sont prêts à passer par-dessus pour le bien-être de leur enfant.

«La santé de mon enfant, c'est sûr que même s'il y a un couvre-feu, je ne vais pas hésiter deux fois. Je vais venir quand même», assure une mère

«On leur dit que c'est essentiel, la santé de notre enfant, puis s’ils ne comprennent pas, on prend le ticket puis on le conteste», ajoute son conjoint.