/finance/homepage

Confusion autour de la fermeture de l'usine de Vegpro

Photo Ben Pelosse

Contrairement à ce qu’a indiqué le ministre du Travail au Journal hier, l’usine de Vegpro de Sherrington, en Montérégie, n’a pas reçu d’ordre de fermeture et ses activités de production et de livraison se poursuivent comme d'habitude, souligne l’entreprise. 

«Le 14 janvier en fin de journée, un inspecteur de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) et un représentant de la Direction de la santé publique de la Montérégie ont visité les installations de Vegpro à Sherrington afin de s’assurer de la conformité des mesures sanitaires mises en place. Ils ont conclu que les mesures sanitaires répondaient aux normes en vigueur et qu’il n’y avait pas lieu de procéder à la fermeture », a assuré la direction de Vegpro par communiqué vendredi midi. 

D’après Vegpro, trois recommandations ont été faites : des réaménagements à la cafétéria et un renforcement de la distanciation et du port du masque. 

«Toutes ces mesures sont déjà déployées», a assuré Vegpro. 

Fermeture exigée

Hier, en entrevue au Journal, le ministre du Travail, avait pourtant exigé la fermeture de l’usine en raison d’une éclosion hors de contrôle. 

« Il y aura une signification d’ordonnance de fermeture. En vertu de la loi, la CNESST peut fermer une entreprise dans la mesure où il y a atteinte à la santé et sécurité du milieu du travail, et c’est le cas », avait affirmé Jean Boulet, ministre du Travail. 

Vendredi, le cabinet du ministre a répété au Journal que les activités de Vegpro «sont arrêtées». 

«La CNESST est à produire son rapport. La reprise des activités est conditionnelle au respect des recommandations du rapport qui sera fait par la CNESST», a précisé son attachée Maude Méthot-Faniel.