/news/coronavirus

Des cliniques de vaccination dans la mire des complotistes

Un groupe complotiste prévoit s’en prendre à des cliniques de vaccination contre la COVID-19, forçant les autorités à rehausser la sécurité sur certains sites.  

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Baisses des cas quotidiens en Ontario et au Québec

Si la sécurité n’est pas resserrée partout, tous les CIUSSS de Montréal ont été mis au courant des actions que veut poser le groupe complotiste SOS-Québec. 

À l’Hôpital de LaSalle, le nombre d’agents de sécurité a été augmenté à l’endroit où les employés se rendent pour se faire inoculer, a confirmé la direction à TVA Nouvelles.

Les membres de SOS-Québec auraient l’intention de déambuler dans les lieux de vaccination, de remettre un document qu’il appellent «mise en accusation». 

Ce tract parlerait de vaccins, du fait que la campagne de vaccination serait un crime, et serait expérimentale.

Le Collège des médecins du Québec indique avoir aussi reçu la communication de SOS-Québec, et dénonce toute tentative d’intimidation. 

«Ultimement, c’est la science qui doit nous guider en matière de pandémie. Le Collège encourage d’ailleurs tous les soignants à se faire vacciner dans les meilleurs délais, pour se protéger eux-mêmes et protéger les patients. Et même vacciné, il ne faut jamais baisser la garde.»

Réaction du gouvernement   

Appelé à réagir à la situation, le cabinet du premier ministre Legault a indiqué qu’il avait désormais choisi de sévir contre les complotistes.

« Chaque personne a le droit à ses opinions et d’exprimer son désaccord. Par contre, nous sommes dans une urgence sanitaire, une crise sans précédent, et nous devons sévir contre cette minorité qui met à mal l’ensemble de la société et notre réseau de la santé. C’est l’approche que nous avons adoptée, en ce début d’année, pour casser la deuxième vague.  

L’opposition à la science et à l’administration des vaccins a toujours existé. Ce phénomène était déjà présent avant la COVID-19, mais la pandémie l’a rendu plus visible. 

On ne peut que regretter et déplorer l’adhésion de certaines personnes à des théories du complot. Maintenant, plusieurs individus sont sous surveillance policière. Nous allons laisser les autorités compétentes mener leurs enquêtes et agir, si elles le jugent nécessaire» fait savoir par courriel l’attaché de presse du premier ministre Legault, Ewan Sauves.

Concernant les centres de vaccination, aucune action n’a encore été constaté dans les cliniques par le directeur de la vaccination, Daniel Paré.

Par ailleurs, Québec se dit confiant de voir les Québécois se faire vacciner massivement pour mettre un terme à la pandémie et ne compte pas l’obliger, même s’il a le pouvoir de le faire. 

Dans la même catégorie