/news/culture

«Je m’ennuie de mon métier» - Patrick Groulx

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

En septembre, Patrick Groulx nous a surpris en lançant le troisième album des Bas Blancs, «Besoin de rien». C’était l’aboutissement d’un des nombreux projets sur lesquels il a planché l’été dernier. Il a aussi mis sur pied un nouveau concept: «Conversation avec Patrick Groulx». Mais l’humoriste s’ennuie de la scène.

Avec «Groulx», un spectacle créé en 2019, Patrick avait le vent dans les voiles. Au moment même où la tournée a été mise entre parenthèses, le plaisir de faire de la musique est revenu. «Si les conditions s’y prêtent, j’aimerais partir en tournée avec les Bas Blancs l’été prochain. De toute façon, c’est une saison morte pour l’humour. C’est le fun le groupe sur album, mais c’est sur scène qu’il prend tout son sens.»

Nécessairement, l’humoriste est sur la touche depuis mars dernier. «Faire des spectacles dans mon salon, sur Zoom, ça ne marche pas pour moi. Je m’ennuie de mon métier. La tournée est un mode de vie. Je m’ennuie de ma gang. Quand on va en région, on en vient à connaître les restaurateurs et les petits commerces. Tout ça me manque.»

N’empêche, il est loin de se plaindre de son sort. «Je pense aux autres... Tout le monde mange la claque.»

Malgré tout, il reprenait récemment les tournages de la deuxième saison de l’émission «Coups de cochon», diffusée à Z. «Durant la première année, on apprenait. Là, on a trouvé notre ton.»

Échange avec les jeunes

Jamais à court d’idées, Patrick invitait en juin dernier le public à se joindre à lui pour la première de «Conversation avec Patrick Groulx», un nouveau projet qui lui tient particulièrement à cœur.

Depuis, d’autres conversations ont eu lieu. Il en trace les grandes lignes: «L’idée vient de l’émission “Jobs de bras”, que j’ai animée pendant 11 ans. J’ai reçu des centaines de témoignages de jeunes qui disaient être découragés de l’école, mais qui avaient trouvé un intérêt pour des métiers qu’on présentait à l’émission. Dans la vie, tout le monde a besoin de tout le monde. Le but de “Conversation avec Patrick Groulx” est de parler de ça avec les jeunes.»

Patrick sait de quoi il parle, d’autant plus que ça n’a pas toujours été facile pour lui. «Quand j’étais ado, j’avais 140 boutons dans la face. Je suis bien placé pour savoir ce qu’est le manque de confiance en soi. C’est donc un échange avec les autres que j’aime vraiment beaucoup.»

Qui plus est, en tournée, il lui arrivait souvent d’aller rencontrer les jeunes dans les écoles où on l’invitait. «J’ai trouvé une autre façon d’échanger avec les jeunes. Quand on est démotivé et qu’en plus on se fait niaiser à l’école, ça peut être bon de parler à quelqu’un qu’on voit à la télé et qui est passé à travers des épreuves.»

Terre à terre

Animation télé et radio, musique avec les Bas Blancs, humour sur scène... Depuis ses débuts, Patrick Groulx a touché à plusieurs facettes du métier. De la crise sanitaire, il tire des leçons.

«Elle m’a appris que je suis aussi un entrepreneur. Ça m’a motivé. L’été dernier, quand je me suis rendu compte que le métier que j’aime peut être aussi fragile, je me suis demandé si je pouvais m’impliquer dans des choses étrangères au milieu artistique. Ça m’a ouvert l’esprit. J’ai débuté ma carrière à 19 ans et j’en ai 46. J’ai commencé à me demander à quoi ressemblera mon après-carrière. Je ne tiens rien pour acquis.»

Pour connaître les dates de ses spectacles et être au fait de ses actualités: patrickgroulx.com.