/news/law

Le DPCP n'ira pas en appel contre Éric Salvail

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Le DPCP ne portera pas en appel la cause de l’ancien animateur Éric Salvail acquitté d’agression sexuelle, harcèlement, et séquestration.

«Le DPCP a procédé à une analyse exhaustive de la décision rendue dans le dossier d’Éric Salvail. Ce verdict est basé sur l’appréciation de la crédibilité des témoins et, puisque nous ne relevons aucune erreur de droit, nous annonçons notre décision de ne pas le porter en appel», a indiqué Me Audrey Roy-Cloutier sur Twitter en début d'après-midi vendredi.

 

Salvail a été acquitté le 18 décembre pour des gestes sexuels allégués par le plaignant Donald Duguay, et qui seraient survenus en 1993 à Radio-Canada, où les deux hommes travaillaient. 

Le juge avait alors mentionné qu'il n’avait pas cru la version du plaignant, faisant ainsi bénéficier l’ex-animateur du doute raisonnable.

«La preuve ne permet pas d’écarter la possibilité que le plaignant fabrique le récit. Il a peu d’égard pour la vérité, peu de choses permettent de distinguer le vrai du faux», avait déclaré le juge Alexandre Dalmau en acquittant l’animateur déchu, même s’il n’a pas cru non plus la version de Salvail.

Au moment du verdict, la procureure de la Couronne, Me Amélie Rivard, avait jugé que la décision du magistrat était très étoffée et qu’il avait offert une analyse détaillée des témoignages.

«Le juge a pris une longue partie de son analyse pour décortiquer le témoignage du plaignant, il se doit d’analyser le témoignage de chacun», avait-elle expliqué.

- Avec la collaboration de Michael Nguyen, Journal de Montréal