/regional/sherbrooke

Sherbrooke: une opposante aux mesures sanitaires sur un comité de sécurité publique

Une opposante aux mesures sanitaires siège sur le Comité de la sécurité publique de Sherbrooke. Marjorie Côté aurait partagé de nombreuses publications de nature complotistes sur les médias sociaux. TVA Nouvelles a appris qu'elle siégeait également sur le comité de surveillance de quartier de l'arrondissement Mont-Bellevue.

• À lire aussi: Des cliniques de vaccination dans la mire des complotistes

• À lire aussi: Conspirationnistes québécois dans la mire

• À lire aussi: Menace complotiste: des ponts sous surveillance

Depuis le début de la pandémie, la police est chargée de faire respecter les mesures sanitaires. À Sherbrooke, le corps policier est chapeauté par le Comité de sécurité publique de la Ville, auquel siègent des citoyens comme Marjorie Côté.

La présidente de ce comité, la conseillère municipale Danielle Berthold, a été mise au courant cet automne des positions anti-masques modérées partagées sur les réseaux sociaux par Mme Côté. Les opinions de cette dernière auraient dégénéré au moment de l'entrée en vigueur du couvre-feu. «Tu ne peux pas être sur le comité de sécurité publique et comparer les policiers à des nazis. Là c’est trop, ça ne passe pas», a commenté Danielle Berthold.

«C’est très préoccupant, mais ce n’est pas surprenant, a commenté Marie-Ève Carignan, de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents. Il y a de plus en plus d’organisations ou d’ordres professionnels qui sont aux prises avec des cas comme ça.»

Il n'y aurait pas eu de vérifications avant la nomination de Marjorie Côté sur le Comité de sécurité publique, auquel elle a assisté à deux reprises. «Il faudra sans doute resserrer les règles. Moi je vais demander à ce que les citoyens-bénévoles qui veulent siéger sur le comité de sécurité publique soient filtrés.»

Non seulement Marjorie Côté siège au comité de sécurité publique de la Ville de Sherbrooke, mais elle était jusqu’à jeudi coordonnatrice de la surveillance de quartier dans le secteur du Mont-Bellevue. Ces comités, formés de citoyens et de policiers, veulent prévenir la délinquance et améliorer la sécurité et la quiétude dans les quartiers.

Marjorie Côté avait comme rôle d'être la communicatrice-relais entre les citoyens et les policiers. Elle a été relevée de ses fonctions de coordonnatrice de surveillance de quartier jeudi par le Service de police de Sherbrooke, qui dit avoir récupéré tout le matériel et les documents relatifs à ce poste.

Pour l’instant, Marjorie Côté siège toujours au sein du comité de sécurité publique, le temps que ses collègues statuent sur son sort.