/news/politics

L’UMQ dénonce l’intimidation des élus

L’Union des municipalités du Québec dénonce l’intimidation à laquelle les élus font face, un phénomène qui semble prendre de l’ampleur avec l’avènement des médias sociaux.

En cette année électorale pour les municipalités de la province, l’organisation veut contrer ce qu’elle estime être une «dégradation du climat politique dans de nombreuses municipalités», a-t-elle fait savoir lundi par communiqué.

«De plus en plus, nous observons une multiplication de déclarations agressives et de gestes d’intimidation à l’égard des élues et élus municipaux, particulièrement sur les médias sociaux. Cela nuit au climat politique dans de nombreuses municipalités. Ce phénomène a pris de l’ampleur en 2020 en lien avec la crise sanitaire», a affirmé la présidente de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy.

Pour endiguer ce fléau et pour attirer de gens à faire le saut en politique municipale, l’UMQ lance ainsi une campagne appelée «La démocratie dans le respect, par respect pour la démocratie».

«On veut, par cette initiative, rappeler que le partage d’idées et la diversité de points de vue doivent s’exprimer dans le respect, la tolérance et la civilité», a précisé Suzanne Roy.

L’UMQ invite ainsi les municipalités du Québec à adopter une déclaration d’engagement par le biais d’une résolution de leur conseil municipal.

«Ce geste est important. On veut prendre soin collectivement de notre démocratie. Rappelons-nous que les élues et élus et les titulaires de charges publiques s’engagent quotidiennement pour le mieux-être de leur population. Il faut favoriser l’engagement politique, et non pas le décourager», a souligné la présidente de l’UMQ.

Cette campagne s’accompagnera d’un plan de sensibilisation visant à la fois les municipalités et la population. Par exemple, des élus auront accès à des formations sur les règles de bienséance sur les médias sociaux.