/finance/homepage

Couche-Tard continue de rêver à Carrefour

Même si son projet de mettre la main sur le géant français Carrefour pour plus de 25 milliards $ a avorté sèchement, Alimentation Couche-Tard ne jette pas complètement l’éponge. 

• À lire aussi: Couche-Tard et Carrefour pourraient devenir partenaires

• À lire aussi: Couche-Tard renonce à Carrefour

«Nous adorerions réaliser cette transaction», a commenté lundi le PDG de Couche-Tard, Brian Hannasch, au cours d’une téléconférence avec les analystes financiers.

M. Hannasch a dit «respecter» la décision du gouvernement français de bloquer le projet d’acquisition au nom de la sécurité alimentaire.

Photo courtoisie

Frustration

Le dirigeant a néanmoins qualifié de «frustrant» le fait que Couche-Tard a échoué à faire aboutir plusieurs transactions au cours des derniers mois. Outre Carrefour, la multinationale québécoise a mordu la poussière dans ses tentatives de mettre la main sur les chaînes Speedway aux États-Unis et Ampol en Australie.

Disposant de 3,5 milliards $ US en liquidités et d’une grande capacité d’emprunt, Couche-Tard est disposée à acquérir des chaînes de supermarchés, d’établissements de restauration rapide, de magasins de type Dollarama et de boutiques d’aéroport, a révélé M. Hannasch lundi.

Dans un plan dévoilé en 2018, Couche-Tard disait vouloir doubler ses revenus d’ici 2023, une cible impossible à atteindre sans une acquisition d’importance.

Dans la même catégorie