/news/politics

Québec injecte 15 M$ dans la filière hydrogène

Des projets industriels et de transports soutenus

Le gouvernement québécois veut voir naître, au cours des prochains mois, d’autres stations de ravitaillement en hydrogène, comme celle-ci, à Québec.

Photo d'archives

Le gouvernement québécois veut voir naître, au cours des prochains mois, d’autres stations de ravitaillement en hydrogène, comme celle-ci, à Québec.

Alors que les yeux sont tournés sur la filière naissante du lithium, le gouvernement Legault injecte 15 M$ dans l’hydrogène pour des projets industriels et de transport lourd, a appris Le Journal.

« La transition vers une économie plus sobre en carbone passe nécessairement par la transition vers des énergies renouvelables comme l’hydrogène vert », a souligné Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, par communiqué.

L’investissement de 15 millions $ fera l’objet d’une annonce aujourd’hui avec le ministre de l’Énergie et celui de l’Environnement, Benoit Charrette.

« Cette filière émergente représente donc, à moyen et long terme, une belle opportunité pour rendre notre économie plus verte et résiliente », a-t-il dit. 

Énergie propre

Québec invite les entreprises à soumettre leur projet au programme Technoclimat pour obtenir une aide financière pouvant atteindre les 3 M$.

Mercredi dernier, Hydrogène Québec, qui regroupe les constructeurs Toyota et Hyundai, et des acteurs de l’énergie comme Harnois, Filgo, Sonic, ont publié un livre blanc pour vanter l’hydrogène comme énergie propre.

À Québec, une première station de ravitaillement est en activité. D’ici mars 2022, deux autres stations devraient voir le jour, toujours à Québec, dans le quartier de Limoilou, et l’autre à Dorval, en banlieue de Montréal.

Les véhicules à pile à combustible (VEPC) ont une recharge rapide et une autonomie de 500 kilomètres. L’hydrogène vert est fait par électrolyse de l’eau et n’émet pas de gaz à effet de serre.

Production d’acier, raffinage de pétrole, production d’ammoniac... l’hydrogène peut être utilisé dans plusieurs procédés industriels et être transformé en électricité dans des véhicules.


En 2018, Le Journal a révélé que sept proches du Parti libéral du Québec (PLQ) et du Parti libéral du Canada (PLC) étaient devenus des lobbyistes pour promouvoir l’automobile à hydrogène, qui venait de recevoir l’appui financier des gouvernements Couillard et Trudeau.