/news/society

Bulletin des élèves: pas de décision finale avant février

Photo d'archives

Dans le réseau scolaire, le mystère plane toujours concernant la valeur qui sera accordée au premier bulletin. La pondération sera réduite, mais le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, veut attendre de voir les résultats qui seront disponibles au début février avant de prendre une décision finale. 

Le 8 janvier, le ministre Roberge a annoncé que la valeur du premier bulletin – qui devait d’abord compter pour 50% de la note finale – sera revue à la baisse pour donner aux élèves en échec la chance de se reprendre d’ici juin. 

Ce changement était réclamé par plusieurs dans le réseau scolaire. 

M. Roberge avait alors indiqué qu’il lui restait «quelques consultations» à faire auprès des acteurs du réseau avant de pouvoir définir ce pourcentage. Le nombre de bulletins a été réduit à deux plutôt que trois cette année, en raison de la pandémie. 

Au cabinet du ministre Roberge, on a précisé mardi que cette décision sera annoncée après le premier bulletin, qui doit être produit au plus tard le 8 février. 

«Nous reviendrons sans tarder au réseau scolaire à la lumière des résultats du premier bulletin avec la pondération finale», a indiqué au Journal son attachée de presse, Geneviève Côté. 

Dans le réseau scolaire, des profs pressent le ministre d’agir plus rapidement.  

Dans une lettre ouverte publiée vendredi, l’enseignant au secondaire Luc Papineau affirme qu’il est «inconcevable que le ministre n’ait pas encore véritablement répondu à cette demande alors que la moitié de l’année scolaire est terminée». 

«C’est au ministre d’agir et de donner un peu d’espoir à nos élèves qui savent qu’ils sont déjà en échec au premier bulletin avec la pondération actuelle, écrit M. Papineau. Sinon, son inaction créera un nombre important de décrocheurs.»