/news/law

Demande d'action collective contre Stoneham et le Mont Sainte-Anne

Un amateur de ski de Québec a déposé une demande d’autorisation en audition d’un recours collectif contre les stations de ski Stoneham et Mont-Sainte-Anne, à qui il reproche le non-respect des conditions liées à la vente des abonnements La Passe. 

• À lire aussi: Les stations de ski ont-elles vendu trop d’abonnements de saison?

• À lire aussi: Des skieurs en grogne préparent un recours collectif contre Stoneham et Mont-Sainte-Anne

• À lire aussi: Des skieurs mécontents à Québec

À l’automne 2020, les stations de ski Stoneham et Mont-Sainte-Anne, toutes deux propriétés de Resort of the Canadian Rockies Inc., offraient en prévente, sur leurs pages Facebook respectives, l’abonnement de soir La Passe. 

Selon le document déposé au greffe par le demandeur, Yann Giroux, « les deux publications [...] étaient accompagnées d’un lien internet donnant accès à leur Nouvelle Politique Zéro Stress » concernant les enjeux actuels relatifs à la crise sanitaire de la COVID-19. 

Les abonnés bénéficiaient de la possibilité, avant le 19 décembre, de transférer leur abonnement à la saison 2021-2022 ou encore d’obtenir un remboursement complet.

Système de réservation

Toujours sur Facebook, les abonnés ont pu apprendre que Stoneham allait ouvrir ses portes le 11 décembre alors que le Mont-Sainte-Anne a commencé sa saison le 17 décembre. 

« Dès les premières journées d’ouverture des stations de ski, il était apparent que les installations ne permettaient pas de répondre à l’important achalandage des détenteurs d’un abonnement de soir La Passe », allègue M. Giroux dans sa demande.

Le 16 janvier, les deux stations ont annoncé qu’un nouveau système de réservation avait été mis en place afin de gérer l’achalandage des abonnés La Passe. Une façon de faire qui « ne respecte pas les représentations qui avaient été véhiculées à l’automne ». 

Le demandeur affirme également qu’un représentant de Stoneham a mentionné que la station avait vendu « de 4 à 5 % plus d’abonnements que les années passées ». 

« Est-ce que les défenderesses ont mis en danger la santé de leur clientèle en permettant la vente d’un surnombre d’abonnements ? », se questionne le demandeur qui espère voir la Cour supérieure trancher le litige. 

Dédommagement

Au final, le représentant du groupe espère voir les membres du groupe être dédommagés pour un montant équivalent à 50 % du prix payé, que le contrat soit résilié, et qu’un montant de 50 $ soit distribué à chaque personne à titre de dommages-intérêts pour les troubles, ennuis et inconvénients subis. 

Pour regrouper les membres, le demandeur a lancé, samedi, une page Facebook intitulée « Action collective contre Stoneham et Mont-Sainte-Anne ». 

La page compte déjà 2700 membres.