/regional/estduquebec/cotenord

Desjardins Entreprises: une fusion redoutée sur la Côte-Nord

Les élus de la Côte-Nord craignent que le Saguenay prenne le contrôle des services offerts aux entreprises par le Mouvement des caisses Desjardins et souhaitent donc faire stopper les démarches qui pourraient mener à une fusion.

Le comité de coordination des caisses sur la Côte-Nord a entrepris une étude de faisabilité sur une possible fusion des centres de Sept-Îles et Baie-Comeau avec celui du Saguenay.

«Avec une fusion avec le Saguenay, on va devenir la cinquième roue du carrosse», a déploré le préfet de la MRC de Minganie, Luc Noël, qui reproche à Desjardins d’étudier la question en catimini.

Avec son poids démographique, la Côte-Nord risque de se retrouver dans l’ombre du Saguenay, craint M. Noël.

«On nous attache, on nous livre, pieds et poings liés à une autre région qui va prendre des décisions au niveau commercial. Le message qu’ils nous passent, ces directeurs des caisses dans lesquelles on met nos petites épargnes, c’est qu’on est des pas bons sur la Côte-Nord», a-t-il affirmé.

Les élus nord-côtiers craignent notamment une perte d’expertise, de pouvoir d’influence ainsi que la fuite d’emploi au profit du Saguenay.

Déjà échaudés par les fusions de ministères et de directions régionales d’organismes gouvernementaux au cours des dernières années, les maires de la Côte-Nord sont surpris de la démarche des dirigeants régionaux de Desjardins.

«On a eu des ministères, celui de la culture, celui de Forêts, Faunes et Parcs où les directions régionales ont été déplacées vers le Saguenay. Quand on perd du pouvoir décisionnel, on perd de la force. Dans le cas de Desjardins, ce qui est terrible, c’est que ça appartient aux membres», a indiqué Marcel Furlong, préfet de la MRC de Manicouagan.

Le mouvement des Caisses populaires Desjardins n’a pas accordé d’entrevue à TVA Nouvelles.