/news/world

Oléoduc Keystone: Trudeau va s’entretenir avec Biden

USA-ELECTION/CANADA

Photo d’archives

Le premier ministre canadien Justin Trudeau continue à faire pression sur le président élu américain Joe Biden pour qu’il n’annule pas le projet d’oléoduc Keystone XL entre les deux pays et va s’entretenir à ce sujet avec lui « dans les prochains jours », a-t-il indiqué mardi. 

• À lire aussi: Ottawa défend le projet Keystone XL

• À lire aussi: Keystone XL: l’Alberta investit en lobbying pour que Biden change d’idée

Selon plusieurs médias canadiens, Joe Biden prévoit de bloquer ce projet controversé d’oléoduc lancé en 2008 dès le jour de sa prise de fonction mercredi, au grand dam d’Ottawa.

« Ça fait des années que j’appuie ce projet de Keystone XL », a expliqué Justin Trudeau, lors d’un point presse.

Premier dirigeant à s’entretenir avec M. Biden après son élection en novembre 2020, Justin Trudeau a discuté avec son homologue américain « avant Noël » et a prévu de lui reparler « dans les prochains jours ».

Le Premier ministre canadien a expliqué être en communication avec l’administration américaine pour faire valoir ses « arguments en faveur de ce projet ».

« Nous allons continuer de le défendre et j’ai hâte de discuter avec le président Biden au cours des prochains jours pour parler de cette question et de bien d’autres », comme la pandémie de coronavirus, a-t-il dit.

Le projet du groupe canadien TC Energy doit permettre d’acheminer dès 2023 plus de 800 000 barils de pétrole par jour entre la province canadienne d’Alberta et les raffineries américaines du Golfe du Mexique. 

Mais il est critiqué par les écologistes en raison de son impact sur les émissions de gaz à effet de serre.

« J’ai confiance (en le fait) que nous allons être entendus, que nos arguments vont être considérés dans le processus », a assuré M. Trudeau.

Le chef du gouvernement canadien doit également s’entretenir mardi avec le Premier ministre de l’Alberta Jason Kenney, qui finance le projet à hauteur de plus d’un milliard de dollars et pour qui l’abandon du projet serait « une grave erreur économique et stratégique ».

Dans la même catégorie