/news/coronavirus

Retour en classe: des masques trop grands pour les écoliers

Plusieurs élèves du secondaire se sont retrouvés lundi avec des masques de procédure trop grands pour eux lors de leur retour en classe, une situation qui inquiète des parents. Des démarches sont en cours pour en fournir de plus petits aux élèves, indique le ministère de l’Éducation.

• À lire aussi: Six semaines de délai pour des masques plus petits dans les écoles secondaires

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Kirstin Bird-Lamoureux, qui habite près de Vaudreuil dans une maison multigénérationnelle avec ses parents âgés, est «extrêmement préoccupée» par le retour en classe de sa fille de 12 ans, en première secondaire. 

Ses craintes ont été ravivées de plus belle lundi lorsqu’elle a constaté que les masques de procédure remis à l’école sont beaucoup trop grands pour sa fille, à qui elle avait fait faire des couvre-visages en tissu sur mesure.

«Pouvez-vous m’expliquer pourquoi ces masques seraient plus sécuritaires que ceux que nous avons fait faire sur mesure pour son petit visage? Ces masques sont complètement inutiles», lance-t-elle.

Sur les réseaux sociaux, d’autres parents se sont aussi inquiétés en faisant le même constat.

Bientôt des masques plus petits?  

Depuis hier, les masques de procédure remplacent les couvre-visages dans les corridors des écoles secondaires québécoises, qui doivent en fournir l’équivalent de deux par jour à chaque élève.

Au ministère de l’Éducation, on indique qu’il est possible d’ajuster un masque de procédure trop grand en réduisant la longueur des élastiques (à l’aide de nœuds ou en faisant un tour supplémentaire autour de l’oreille) afin de s’assurer que la bouche et le nez sont bien couverts.

Néanmoins, «il y a présentement des démarches pour en acheter de plus petits», a affirmé au Journal le porte-parole du ministère Bryan St-Louis.

À l’Institut national de santé publique du Québec, on indique par ailleurs que des experts «se penchent actuellement sur cet enjeu», si bien qu’il n’était pas possible d’obtenir d’entrevue à ce sujet lundi.

«Certaines propositions devraient être formulées pour y répondre dans les prochains jours», indique-t-on.

Il n’est toutefois pas question de «problématique» pour l’instant. 

«Nos experts sont justement en train d’évaluer si c’en est une afin de répondre aux préoccupations soulevées sur la question», indique la conseillère en communication Sybille Jussome.

«Pas l’idéal»  

Maximilien Debia, professeur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, reconnaît quant à lui qu’un masque de procédure trop grand n’est «pas l’idéal». 

Néanmoins, tous les élèves portent maintenant un masque avec une «capacité de filtration», ce qui n’était pas le cas avec un couvre-visage.

Il s’agit d’un gain réel sur le plan collectif, affirme-t-il. «Tout le monde devrait être plus rassuré malgré les problèmes d’ajustement au visage.»

Un retour qui s’est bien déroulé  

Dans le réseau scolaire, on indique que le retour en classe et la distribution des masques se sont généralement bien déroulés lundi.

Plusieurs jeunes étaient très heureux de retourner sur les bancs d’école après une période d’enseignement à distance, souligne-t-on.

Au primaire, les élèves sont de retour depuis maintenant une semaine.

Le dernier bilan fait état de 24 éclosions présentement dans le réseau scolaire, ce qui représente 1,9 % des éclosions actives. 

Cet automne, cette proportion a grimpé jusqu’à près de 30 %.

On recense présentement 1773 cas actifs de COVID-19 dans les écoles québécoises et 177 groupes fermés, selon des chiffres remontant au 15 janvier, qui incluent les élèves du secondaire qui étaient en enseignement à distance la semaine dernière. 

Le «masque bleu» obligatoire dans les écoles secondaires   

  • Masque de procédure : capacité de filtration qui protège celui qui le porte (contrairement à la plupart des couvre-visages qui protègent seulement les autres)         
  • Deux masques par jour sont remis à chaque élève du secondaire         
  • 4,7 millions de masques seront distribués chaque semaine dans les écoles