/news/coronavirus

Des statistiques pour mieux comprendre les hospitalisations COVID

Le gouvernement du Québec rend désormais publiques des données relatives aux hospitalisations liées à la COVID-19 dans la province.

• À lire aussi: 66 décès s'ajoutent au bilan

Ce nouvel outil permet notamment de voir le nombre d’hospitalisations par région et par hôpital.

Par exemple, dans la région du Grand Montréal, on comptait 1117 lits occupés en date de mercredi. Ce chiffre comprend les patients en hospitalisation «normale» et ceux qui se trouvent aux soins intensifs.

«Ça nous permet de voir que 76% des hospitalisations COVID sont dans le Grand Montréal, actuellement. Par contre, on voit que même si elles sont très significatives, elles n’ont pas atteint le nombre maximal qu’on avait eu à la première vague», explique la pharmacienne Diane Lamarre. 

Au printemps 2020, le Grand Montréal comptait à son pic 1712 lits occupés dans ses hôpitaux, peut-on lire dans le document.

Autre utilité, il est notamment possible de voir que c’est à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont où il y a le plus de lits occupés à cause du virus (124) à l’heure actuelle dans la métropole.

Si les données sont plutôt encourageantes pour le Grand Montréal, la situation n’est pas rose ailleurs dans la province, notamment dans la Capitale-Nationale.

En date de mercredi, 109 lits sont occupés dans la région de Québec. Statistiquement, c’est plus du double du sommet atteint lors que de la première vague (43).

C’est à l’Hôpital De l’Enfant-Jésus (62) où il y a le plus de patients hospitalisés à cause du virus.

Le scénario est similaire en dans la région de l’Estrie où 95 personnes sont hospitalisées à cause du coronavirus, bien au-dessus des 55 qui constituaient le sommet de la première vague.

«Ils [les hôpitaux] ne sont pas saturés encore, mais la capacité de transférer [des patients], elle est moins grande que ce qu’on avait à la première vague parce qu’il y a eu des cas partout dans la province», note Mme Lamarre.

D’où l’importance d’être vigilant et de respecter les mesures sanitaires en place, plaide Diane Lamarre.

Dans la même catégorie