/finance/homepage

L’augmentation moyenne de base des loyers atteint 0,8 % en 2021

beautiful and clean apartment building

Photo stock.adobe.com

L’augmentation moyenne de base des loyers atteint 0,8 % pour une unité non chauffée en 2021, a annoncé mercredi le Tribunal administratif du logement (TAL).

Pour un logement à 800 $, en vertu d’un scénario de calcul fictif, la hausse moyenne atteint 6 $ par mois, mais ces calculs ne tiennent pas compte, notamment, des hausses de taxes ni de travaux majeurs qui ont pu être effectués par le propriétaire.

Pour ce qui est des logements chauffés, la hausse moyenne est de 0,5 % pour les unités munies de calorifères électriques. En revanche, une diminution est possible pour les loyers chauffés au gaz (-0,3 %) et au mazout (-3,0 %), ce qui fait ainsi passer l’exemple d’un loyer de 800 $ par mois à 798 $ et à 776 $, respectivement.

Les locataires québécois qui ne s’entendront pas avec leur propriétaire ont un droit de refus et leur dossier peut alors être soumis au TAL par ce dernier dans le mois suivant la réponse de l’occupant.

Parmi les composantes du loyer qui sont considérées pour fixer le loyer, le TAL se sert des chiffres de Statistique Canada pour l’année 2020, lesquels ont été publiés mercredi. Des composantes ont reculé, comme l’électricité (-0,3 %), le gaz (-11,3 %) ainsi que le mazout et autres sources d’énergie (-21,6 %), mais on parle de croissance pour les frais d’entretien (+1,4 %), pour les frais de service (+1,9 %), les frais de gestion (+1,2 %), du revenu net (0,6 %) et des dépenses d’immobilisation (+2,3 %). Ces pourcentages applicables ne sont toutefois pas des estimations moyennes d’augmentation, spécifie le TAL.