/finance/homepage

Les travaux de l'expansion de Keystone XL suspendus

OIL PIPELINE

Photo d'archives, Getty Images

Le promoteur du projet d’agrandissement de l’oléoduc Keystone XL, TC Energy, a suspendu ses travaux de construction, mercredi, peu de temps avant la révocation attendue de son permis par le président élu des États-Unis, Joe Biden.

Celui qui succède à Donald Trump a prévu annuler, dès le jour un de sa présidence, l’autorisation permettant au projet d’aller de l’avant.

Après son intronisation de mercredi avant-midi, M. Biden a l’intention de signer un décret présidentiel en ce sens, a confirmé son équipe par communiqué.

TC Energy n’a pas attendu ce moment pour annoncer qu’elle mettait son chantier sur pause.

«TC Energy révisera la décision, évaluera ses implications et considérera ses options. Cependant, en raison de la révocation attendue du permis présidentiel, l’avancement du projet sera suspendu», a-t-on fait savoir par communiqué mercredi matin.

«L’entreprise cessera de capitaliser les coûts, y compris les intérêts durant la construction, à compter du 20 janvier 2021 [...] et évaluer la valeur comptable de son investissement dans le pipeline, déduction faite des recouvrements», poursuit le promoteur.

Le pipeline censé transporter du pétrole de l’Alberta jusqu’au Texas a été autorisé par l’administration Trump. Le président élu Joe Biden a toutefois promis, en campagne électorale, de revenir sur cette décision et de bloquer la construction de l’oléoduc.

Le gouvernement albertain a un intérêt financier dans la réalisation de ce projet, puisqu’il est copropriétaire de TC Énergie.

Il a mis 1,5 milliard $ dans la compagnie, en plus d’une garantie de prêt de plus de 6 milliards $, ce qui signifie que l'Alberta Petroleum Marketing Commission, une société d’État provinciale, s’est engagée à assumer la dette de la construction du pipeline.

Le gouvernement fédéral de Justin Trudeau est aussi en faveur du projet.

«Notre gouvernement s’assure que le point de vue du Canada est entendu et pris en considération par la future administration , aux plus hauts niveaux», a dit le premier ministre Trudeau mardi.