/news/coronavirus

Nouveaux records de cas et de décès au Portugal où le variant britannique progresse

Le Portugal a enregistré mercredi de nouveaux records quotidiens de décès et de contaminations à la COVID-19, ces dernières bondissant de près de 50 %, ont annoncé les autorités sanitaires, alors que le variant britannique progresse dans le pays.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Le nombre de nouveaux cas en 24 heures s’est élevé à 14 647, contre 10 455 la veille, a indiqué la Direction générale de la santé dans son bilan quotidien.

Après avoir franchi mardi pour la première fois le seuil des 200 morts quotidiens depuis le début de la pandémie, le pays a là aussi établi un nouveau record mercredi, avec 219 décès.

Le variant britannique représente actuellement « près de 13 % » des infections, soit « quelque 18 000 cas », a indiqué le secrétaire d’État à la Santé, Antonio Lacerda Sales.

« C’est significatif », s’est-il inquiété au micro de la télévision publique RTP.

Le variant britannique, beaucoup plus contagieux que ne l’était le virus SARS-CoV-2 originellement, préoccupe de plus en plus alors qu’il continue de se propager dans le monde. Il est désormais identifié dans 60 pays et territoires, selon l’Organisation mondiale de la santé.

Avec 70 000 nouveaux cas au cours des sept derniers jours, le Portugal occupe actuellement le premier rang mondial des pays affichant le plus grand nombre de contagions par rapport à sa population, dépassé seulement par l’enclave britannique de Gibraltar, selon les données collectées par l’AFP auprès des autorités nationales.

Après avoir allégé les restrictions sanitaires pendant le week-end de Noël, le gouvernement socialiste a dû imposer vendredi dernier un deuxième confinement général, sans toutefois aller jusqu’à fermer les écoles comme au printemps dernier.

Mais face à la propagation du virus, de plus en plus d’épidémiologistes réclament un durcissement urgent des mesures, à commencer par la fermeture des écoles.

« Il faut écouter les scientifiques », a plaidé le président de l’Association nationale des directeurs d’école, Filinto Lima. « Dans les écoles, il y a un climat de peur qui s’installe », a-t-il souligné auprès de l’AFP.

Le premier ministre Antonio Costa avait expliqué mardi lors d’un débat au Parlement qu’il tenait à garder les écoles ouvertes pour limiter l’« énorme coût social qu’entraînerait leur fermeture », mais il a reconnu que cela pourrait s’avérer nécessaire.

« Si le variant britannique devient dominant dans notre pays, alors oui, il est probable que nous fermions les écoles », a-t-il prévenu, en annonçant qu’une campagne de tests antigéniques serait lancée mercredi dans les établissements scolaires.

Le Portugal s’apprête à voter dimanche, en plein pic de la pandémie, pour élire un possible successeur au président de la République Marcelo Rebelo de Sousa, qui brigue un second mandat.