/news/world

Pékin impose des sanctions à 28 responsables de l'administration Trump, dont Pompeo

La Chine a imposé mercredi des sanctions pour violation de sa «souveraineté» à près de 30 responsables du gouvernement de Donald Trump, dont son secrétaire d'Etat Mike Pompeo, qui ne pourront notamment plus entrer sur son territoire, au moment même de l'investiture de Joe Biden.

«Ces dernières années, des hommes politiques antichinois aux États-Unis ont, par intérêt politique égoïste et par leurs préjugés et leur haine contre la Chine, sans aucune considération pour les intérêts des peuples chinois et américain, planifié, promu et pris de folles mesures», a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Ces actions ont constitué de «graves ingérences dans les affaires intérieures chinoises, sapé les intérêts de la Chine, offensé le peuple chinois et gravement perturbé les relations sino-américaines», a-t-il poursuivi.

En conséquence, «la Chine a décidé de sanctionner 28 personnes qui ont gravement violé sa souveraineté et qui ont été à titre principal responsables de telles actions américaines concernant les questions liées à la Chine», toujours selon le communiqué.

Outre Mike Pompeo, sont, entre autres, cités par la diplomatie chinoise Peter Navarro, conseiller au commerce de Donald Trump, Robert O'Brien, qui fut un de ses conseillers à la sécurité nationale, Alex Azar, le secrétaire à la Santé sortant, ainsi que John Bolton et Stephen Bannon, qui ont eux aussi conseillé le milliardaire républicain.

Toutes ces personnalités et les membres de leurs familles se verront interdire l'accès au territoire chinois, y compris à Hong Kong et à Macao, a souligné le ministère des Affaires étrangères.

«Eux et les sociétés et les institutions qui leur sont associées ne peuvent également pas faire d'affaires avec la Chine», a-t-il ajouté.

Question Ouïghour

La Chine a tourné en dérision mercredi les accusations de Mike Pompeo selon lesquelles un «génocide» est en cours contre les musulmans ouïghours dans sa région du Xinjiang (nord-ouest).

La question ouïghoure constitue l'un des nombreux points de friction entre Pékin et Washington avec le Covid-19, Hong Kong ou encore Taïwan. Une confrontation à laquelle le secrétaire d'État américain sortant aura donné des allures de nouvelle Guerre froide.

Selon des experts étrangers, plus d'un million d’Ouïghours sont ou ont été détenus dans des camps de rééducation politique du Xinjiang.

Les futurs ministres de Joe Biden ont à leur tour affiché mardi leur fermeté face à la Chine pour faire taire les accusations de faiblesse.

«Nous pouvons remporter la compétition avec la Chine», a lâché le prochain secrétaire d'État Antony Blinken dès le début du processus de confirmation, par le Sénat, des membres désignés par le nouveau président pour faire partie de son cabinet.

Reprenant une rhétorique chère à Donald Trump et à ses fidèles, il a décrit la superpuissance rivale comme le pays qui lance aux États-Unis «le défi la plus important».