/news/politics

Un ministre fédéral critique le refus de Legault d'exempter les itinérants

Photo d'archives Agence QMI, Pascal Girard

Le ministre fédéral des Services aux Autochtones, Marc Miller, a critiqué le gouvernement québécois de François Legault pour avoir refusé d'exempter les itinérants dans l’application du couvre-feu.

• À lire aussi: Exemption pour les itinérants: Valérie Plante déçue du rejet de François Legault

• À lire aussi: François Legault refuse d'exempter les itinérants, malgré la demande de Montréal

• À lire aussi: 4 secteurs chauds à surveiller à Montréal

«J’aurais voulu voir plus de flexibilité de la part du premier ministre du Québec. Je me range directement à la position prise par la mairesse [de Montréal Valérie] Plante à ce niveau-là», a commenté l’élu de la circonscription montréalaise de Ville-Marie, mercredi.

Le ministre a profité d’une conférence de presse à Ottawa pour offrir ses condoléances aux proches de Raphaël André, cet itinérant d’origine innue retrouvé mort dimanche dans une toilette chimique située près du refuge La Porte ouverte, dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, à Montréal. Ce centre qu'il fréquentait était fermé et l’homme s’était caché de peur d’être interpellé par la police durant les heures du couvre-feu.

Dans la foulée du décès de M. André, la mairesse Plante a demandé au gouvernement Legault d’exempter les itinérants au sujet du couvre-feu, mais le premier ministre Legault s’y est refusé, mardi

Le Nouveau Parti démocratique a aussi déploré cette décision.

«En refusant d'exempter cette communauté du couvre-feu, on doit s'attendre à d'autres morts tragiques comme celle de Raphaël André. [...] Faisons preuve d'un peu d'humanité en ces temps difficiles et arrêtons de nous acharner sur des citoyens qui n'ont pas de toit sur leur tête», a soutenu le chef néo-démocrate adjoint, Alexandre Boulerice.

S’il avait été interpelé par la police, M. André aurait pu écoper d’une amende de 1550 $ pour avoir enfreint le couvre-feu, mais il était aussi recherché en vertu d’un mandat d’arrestation pour non-respect d'une promesse de comparaître.

Selon nos sources, Raphaël André avait été arrêté cet automne pour une affaire de menaces de mort ou de lésions corporelles et il ne s'est ensuite pas présenté au palais de justice de Montréal pour sa comparution.

En écartant la demande de la mairesse Plante, M. Legault a affirmé que les policiers font «un travail extraordinaire et ils ne font pas exprès pour donner des contraventions à des itinérants».

«Il faut comprendre que si on mettait dans les règlements le fait qu’un itinérant ne peut pas recevoir de contravention, n’importe qui pourrait dire "moi, je suis un itinérant, donc vous n'avez pas le droit de me donner une contravention"», a-t-il fait valoir.

S'il s'est montré critique de M. Legault, M. Miller a aussi souligné que le fédéral, comme tout ordre de gouvernement, devait prendre une part du blâme pour cette «tragédie qui aurait pu être évitée».