/news/coronavirus

Vaccin: ambulanciers en colère après l'annulation de leur rendez-vous

Photo d'archives Stevens Leblanc

Des ambulanciers de Québec qui devaient être vaccinés mercredi en journée ont vu leurs rendez-vous être massivement annulés à la dernière minute, possiblement victimes des diminutions annoncées dans les livraisons de vaccins.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Les ambulanciers de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec (CTAQ) ont eu une bien mauvaise surprise à leur réveil mercredi matin. Ayant reçu confirmation la veille qu’ils allaient bel et bien être vaccinés, ils ont vu leurs rendez-vous être annulés sans avis par le CIUSSS de la Capitale-Nationale.

«À peine deux heures avant mon rendez-vous, j’ai eu l’avis par courriel que c’était annulé. Et c’est la même chose pour mes collègues», confie un ambulancier qui a préféré garder l’anonymat, mais qui se dit «frustré» du traitement réservé à son corps de métier.

«De l’improvisation»

Le président du syndicat des employés de la CTAQ était lui aussi en colère mercredi matin. Il déplore «l’improvisation» des autorités dans le dossier de la vaccination, estimant que les paramédicaux qui avaient déjà un rendez-vous auraient dû au moins recevoir leur dose.

«On comprend qu’il y a des changements dans l’approvisionnement et qu’il y a moins de doses, mais ils n’ont même pas été capables de nous dire qui ils allaient prioriser avant nous», s’indigne Frédéric Maheux, insistant le risque que courent ses membres et les patients qu’ils transportent au quotidien.

«Ça montre un certain je-m’en-foutisme à l’endroit paramédics. On entre chez des gens qui pourraient être infectés, on se déplace entre les établissements et on transporte aussi des patients vulnérables, à risque. On est à risque de contaminer des gens si on n’est pas protégés», ajoute M. Maheux.

Aucun détail du ministère

Selon les explications offertes aux ambulanciers, les récents changements dans l’approvisionnement en vaccin de Pfizer auraient entraîné une révision des ordres de priorisation.

Questionné à cet effet, le CIUSSS de la Capitale-Nationale nous renvoie directement au ministère de la Santé, responsable des règles entourant la vaccination. On indique appliquer les règles émises par Québec dans ce dossier, sans plus.

Le Journal attend toujours un retour d’appel du ministère de la Santé afin d’en savoir plus sur ces possibles changements dans les ordres de priorisation et les impacts qu’ils pourraient avoir pour les ambulanciers ou d’autres catégories de professionnels.