/finance/homepage

Construction: des amendes selon la valeur du chantier, propose un syndicat

Un syndicat de la construction propose d’établir les amendes ou les pénalités auxquelles s’exposent les entreprises qui ne respectent pas les mesures de santé et sécurité sur un chantier en fonction de la valeur du chantier.

• À lire aussi: Non-respect des mesures sanitaires: des chantiers et des entreprises pourraient être fermés

Le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International) souhaite aussi voir augmenter les amendes imposées aux entreprises réfractaires ou qui ne respectent pas les normes en vigueur.

Le syndicat formule ces propositions dans son mémoire présenté jeudi dans le cadre de la commission parlementaire sur le projet de loi 59 du gouvernement Legault qui vise à moderniser le régime de santé et de sécurité du travail.

«Le CPQMCI recommande que les amendes ou les mécanismes de coercition et de pénalité soient revus à la hausse dans l’industrie de la construction et qu’ils soient établis au prorata de la valeur des chantiers. De cette façon, le respect de la santé et sécurité en chantier prendra de la valeur», écrivent ses auteurs.

Grâce à une série de 21 recommandations, le syndicat espère améliorer le bilan « castastrophique » des décès sur les chantiers du Québec.

«En effet, alors que la main-d’œuvre de l’industrie ne représente que près de 5% de la population active au Québec, l’industrie de la construction subit plus de 20 % des décès par accident de travail et plus de 30 % des décès suite à des maladies professionnelles, pour une moyenne de 28 % à 30 % des décès depuis 2011», précise-t-il.

Dans la même catégorie