/news/coronavirus

Des millions de masques pour enfants disponibles dès maintenant

Alors qu’il faudra attendre six semaines avant que des masques plus petits ne soient disponibles dans les écoles secondaires, un entrepreneur québécois affirme pouvoir en livrer des millions dès maintenant à une fraction du prix de ceux qui sont distribués présentement dans le réseau scolaire.

Éric Éthier est président de MedSup Canada, un détaillant d’équipement médical qui possède des centres de distribution à Montréal, à Toronto et à Vancouver. L’entreprise fournit des masques de procédure à plusieurs magasins à grande surface, dont la chaîne Costco. 

Depuis la rentrée, plusieurs centres de services scolaires font affaire avec l’entreprise pour leurs besoins en matériel de protection. 

M. Éthier a sursauté mardi en entendant le premier ministre François Legault affirmer qu’il faudra attendre six semaines avant que des masques plus petits ne soient disponibles dans les écoles secondaires, où des élèves doivent depuis lundi ajuster comme ils le peuvent des masques pour adultes trop grands pour eux. 

«J’ai 50 millions de masques pour enfants dans des entrepôts de Toronto et de Montréal qui pourraient être livrés rapidement. Ça fait des mois que je propose au gouvernement une solution intégrée, facile et peu coûteuse. C’est à se péter la tête sur les murs», lance l’entrepreneur, qui dit vouloir «faire partie de la solution». 

Moins cher chez Costco  

Les masques de procédure qui sont distribués dans les écoles secondaires depuis lundi proviennent de la réserve du ministère de la Santé, qui indique que leur coût moyen est de 0,67$ l’unité. 

Il s’agit toutefois d’un «coût moyen depuis mars 2020», précise une de ses porte-parole, Noémie Vanheuverzwijn. «Le coût des masques tend à la baisse», ajoute-t-elle. 

M. Éthier considère néanmoins qu’il s’agit d’un «scandale» puisque les mêmes masques sont disponibles à une fraction de ce prix dans des magasins à grande surface. 

Chez Costco, un paquet de 50 masques de procédure se vend environ 10$, ce qui revient à 0,20$ l’unité pour le consommateur. Chez Costco Entreprise, le prix à la caisse revient même à 0,08 $ l’unité, selon les informations obtenues par Le Journal. 

En réponse à certaines de nos questions, le ministère de la Santé nous a référés au Centre d’acquisitions gouvernementales, où on souligne qu’un processus d’appel d’offres est en place au gouvernement du Québec.  

«Le gouvernement est actuellement en discussion avec plusieurs entreprises concernant un possible approvisionnement en masques chirurgicaux. Nous sommes en processus de validation de la conformité des masques avant d’aller plus loin», nous a-t-on répondu par écrit. 

Concernant les délais de livraison de six semaines, on indique qu’«à partir du moment où un mandat d’acquisition est donné, des étapes doivent être franchies dans le respect des règles contractuelles gouvernementales et suivent un processus rigoureux qui peut s’échelonner sur quelques semaines.» 

Éric Éthier, qui scrute attentivement les appels d’offres publiés par le gouvernement concernant les équipements de protection, affirme que rien n’a été publié à ce chapitre récemment. 

Depuis que l’état d’urgence sanitaire a été décrété en mars en raison de la pandémie, certaines dispositions concernant les processus d’appel d’offres ont été suspendues. L’objectif est de permettre aux organismes publics de conclure plus rapidement des contrats afin de protéger la santé de la population.   

Des masques plus difficiles à recycler      

Les masques de procédure distribués dans les écoles secondaires sont non seulement plus chers que d’autres, mais ils sont aussi plus difficiles à recycler. 

En plus de fournir de l’équipement médical, MedSup Canada fait le recyclage de matériel de protection, dont les fameux masques «bleus» qui doivent être portés par tous les élèves du secondaire depuis lundi. 

Il s’agit de l’une des quatre entreprises identifiées par Recyc-Québec comme offrant un service de recyclage de masques de procédure dans la province, avec qui les écoles peuvent conclure des ententes. 

Dans l’usine de recyclage de MedSup, les matières qui composent les masques – élastique, polypropylène et aluminium – sont triées et séparées.

Or, les masques distribués présentement dans le réseau scolaire sont différents de ceux que l’on retrouve habituellement. Une fine couche de plastique est ajoutée au propylène qui recouvre le nez et la bouche, ce qui complique leur recyclage, explique Éric Éthier, président de MedSup. «Ça vient tout bousiller», lance-t-il. 

Une de ses équipes réalise présentement des analyses en laboratoire afin de savoir si ces masques pourront être recyclés.  

L’opération pourrait être possible, mais elle risque d’être plus longue et plus coûteuse à réaliser, déplore M. Éthier. 

Dans le réseau scolaire, plusieurs ont déploré au cours des derniers jours que le ministère de l’Éducation n’ait pas mis en place un processus uniforme et généralisé pour recycler les centaines de milliers de masques de procédure qui sont jetés chaque jour dans les écoles secondaires. 

Il revient à chaque école de conclure des ententes et plusieurs établissements envoient directement leurs masques à la poubelle. 

Chaque semaine, 4,7 millions de masques de procédure seront utilisés dans les écoles secondaires, selon le ministère de l’Éducation.