/regional/troisrivieres/mauricie

Le tiers des aînés infectés à la Résidence Val-Mauricie

Une résidence privée de Shawinigan livre une importante bataille, alors que le tiers des résidents sont présentement infectés par la COVID-19 et qu’une douzaine d’entre eux ont été transférés au centre d’hébergement alternatif à Nicolet pour respecter leur isolement.

• À lire aussi: Seulement 79 000 doses du vaccin de Pfizer au début février

• À lire aussi: Quarantaine obligatoire pour toute personne arrivant aux États-Unis par avion

Une équipe est venue tester tout le personnel et les aînés de la Résidence Val-Mauricie jeudi à 8 h 30.

«Cela fait douze jours en ligne qu’on est en lutte constante avec la COVID-19. On commence à être essoufflée», a ainsi confié la directrice de la résidence, July Cosssette.

Sous le coup de 10 h, une autre équipe du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec est arrivée sur les lieux, cette fois pour évaluer l’état de santé des aînés testés positifs qui demeurent dans leur chambre.

Et le bilan grimpe aussi chez le personnel, avec quatre employés qui sont désormais contaminés. Tout le monde redouble d’efforts, malgré les effectifs en moins.

«On travaille dans le stress de ne pas l’attraper. Moi je fais les trois étages. Toutes les filles sont stressées parce que c’est le staff de jour qui attrape la Covid. On doit mettre la jaquette de protection, l’enlever, la remettre... ça ne finit plus. On n’est jamais protégé au maximum. Ça prendrait un gardien à tous les étages la nuit. On n’a pas d’employé», a raconté Bobbie Jo Bissonnette, une préposée aux bénéficiaires qui travaille sur les quarts de nuit.

Malgré l’éclosion, elles sont deux employées pour faire la surveillance et les soins de tous les résidents. Le CIUSSS a également envoyé six aides de service, une infirmière patricienne spécialisée et un gardien de sécurité.

«On commence vraiment à être en détresse. Oui, on commence à manquer de personnel», poursuit la directrice.

Le virus est entré dans la Résidence Val-Mauricie par une employée de la cuisine.

Le personnel craint maintenant les prochaines heures. Combien de nouveaux cas ? Combien d’employés seront de nouveau retirés si le bilan augmente ? L’équipe de la résidence Val-Mauricie n’est pas encore au bout de ses peines.