/regional/montreal/montreal

Possible grève pour des employés en éducation de l’Est de Montréal

Les membres du Syndicat du soutien en éducation du centre de service scolaire de la Pointe-de-l’Île (SSÉPÎ-CSQ) dans le nord-est de Montréal ont voté majoritairement mercredi pour la tenue d’une grève de cinq jours.

Ce mandat de grève a été acceptée par près de 80 % des 3500 membres du syndicat lors de leur assemblée générale, alors qu’ils s’étaient réunis pour exprimer leur mécontentement devant l’impasse aux tables de négociations.

«La pandémie a mis en lumière les problématiques qui existaient déjà depuis fort longtemps. On nous a trop souvent pris pour acquis comptant sur notre dévouement. Notre sens du devoir a des limites, il faut que ça change», a alors mentionné par communiqué Stéphane Soumis, président du SSÉPÎ-CSQ.

Ces travailleurs en éducation du primaire et du secondaire, qui incluent le personnel administratif, les surveillants d’élèves, ainsi que différents types de techniciens, ont ainsi affirmé que leurs conditions de travail se sont fortement dégradées pendant la pandémie de COVID-19.

«Nous avons déjà fait d’importantes concessions pour tenir compte du contexte actuel, nous devons malheureusement rappeler au gouvernement que ses anges ont les ailes coupées. La reconnaissance c’est plus qu’un merci en conférence de presse ça passe par des gestes concrets», a notamment déclaré le président du syndicat.

Les syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) ont jusqu’à la fin du mois de janvier pour tenir des votes de grève.

Dans la même catégorie