/news/law

Un pédophile coupable d’avoir abusé d’enfants du voisinage

PHOTO FOURNIE PAR LE SPVM

Un pédophile d’Hochelaga-Maisonneuve qui s’en prenait à des enfants du quartier en les attirant chez lui avec des bonbons a plaidé coupable non seulement de contacts sexuels, mais aussi d’avoir produit de la pornographie juvénile les mettant en scène. 

• À lire aussi: La police recherche des victimes potentielles de ce couple

« L’accusé [et sa conjointe] précisaient que les gestes faisaient partie du développement et constituait ‘les choses de la vie’. Les enfants revenaient souvent avec bonbons et surprises », a expliqué Me Amélie Rivard de la Couronne, ce jeudi au palais de justice de Montréal.

Présent dans le box des détenus, Maxim Grondin, 42 ans, n’a pas dit un mot pendant que la procureure expliquait au tribunal comment le pédophile s’en est pris à trois enfants en 2017, alors qu’il était déjà sous le coup d’une probation pour possession de pornographie juvénile.

À l’époque, Grondin s’était installé dans le quartier Hochelaga avec sa conjointe Caroline Curadeau. Cette dernière savait qu’il était attiré par les jeunes garçons, mais ça ne la dérangeait nullement. Pire encore, elle a aidé le pédophile à attirer des enfants chez eux, entre autres grâce à leur chien.

Victimes filmées

Pendant des semaines, le couple a ainsi réussi à attirer des enfants chez eux. Lors de ces visites, Grondin, mais aussi Curadeau, en ont profité pour poser des gestes sexuels sur les petits.

« À plusieurs reprises [une des victimes] a visionné en compagnie de Maxim Grondin des vidéos de nature pédopornographique », a expliqué la Couronne.

Quand les soupçons ont commencé à peser sur le couple, ce dernier a pris la poudre d’escampette, mais ils ont vite été épinglés. C’est là qu’il a été découvert que Grondin avait également pris des photos des victimes. 

« Lors de la perquisition, les policiers ont [aussi] trouvé des couches, des sous-vêtements appartenant aux victimes, un tube de lubrifiant dans un sac à couches », a poursuivi la Couronne.

Délinquant dangereux

À la suite du plaidoyer de culpabilité de Grondin à une kyrielle d’accusations de nature sexuelle, la Couronne a demandé que le pédophile soit évalué par des psychiatres de l’Institut Philippe-Pinel, afin de vérifier sa dangerosité.

Selon les résultats, la Couronne pourrait demander à ce qu’il soit déclaré délinquant dangereux ou à contrôler, ce qui permettrait de faire un suivi beaucoup plus serré une fois sa peine purgée.

Grondin, qui est présentement en détention provisoire, reviendra à la cour en mars. Sa conjointe, pour sa part, avait déjà plaidé coupable, écopant de trois années d’incarcération.