/regional/montreal/montreal

Voici pourquoi certaines pistes cyclables sont mieux déneigées que les trottoirs

Si vous vous promenez à pied dans la métropole ces jours-ci, il se peut que vous ayez remarqué que certaines pistes cyclables sont mieux déneigées que les trottoirs même si elles sont moins achalandées que ceux-ci. Nous avons demandé à la Ville de Montréal de nous expliquer pourquoi; voici ses explications. 

Les machines employées pour déneiger les pistes cyclables et les trottoirs ne sont pas les mêmes : la Ville ne peut donc pas envoyer toutes ses petites déneigeuses sur les trottoirs, puis ensuite s'occuper des pistes cyclables. 

Les deux se font simultanément, mais comme il y a beaucoup plus de kilomètres de trottoirs que de pistes cyclables, ces dernières peuvent avoir été déblayées avant. 

Le déblayage des pistes cyclables se fait aussi plus rapidement que les trottoirs, puisqu'elles sont typiquement plus larges et qu'elles contiennent moins d'obstacles à éviter que les trottoirs (boîtes aux lettres, sacs à ordures, plate-bandes, escaliers).

«On termine les pistes cyclables avant les trottoirs pas parce que nous avons décidé de le faire avant, mais parce qu’il y a moins de kilomètres à déneiger et que l’opération est plus simple», a d'ailleurs résumé le maire de Rosemont François-William Croteau, dans un commentaire Facebook publié le 25 novembre 2020, en réponse à une question à ce sujet. 

Un citoyen nous a fait parvenir une photo de l'état de la piste cyclable versus celle du trottoir sur la rue Boyer près de l'intersection avec la rue de Bellechasse, dans l'arrondissement de Rosemont--La-Petite-Patrie lundi en début d'après-midi.

Marc Lessard, courtoisie.

Un citoyen nous a fait parvenir une photo de l'état de la piste cyclable versus celle du trottoir sur la rue Boyer près de l'intersection avec la rue de Bellechasse, dans l'arrondissement de Rosemont--La-Petite-Patrie lundi en début d'après-midi.

La neige fond plus vite sur les pistes cyclables  

Les pistes cyclables ont aussi l'air en meilleur état que les trottoirs pour des raisons physiques : l'asphalte retient davantage la chaleur que le béton des trottoirs, ce qui permet à la glace et à la neige de fondre davantage. Les bouches d'égouts dans la rue recueillent directement l'eau des pistes cyclables, tandis que sur le trottoir, des flaques peuvent se former, indique le maire.

«En aucun temps, le déneigement des pistes cyclables n’est priorisé à celui des trottoirs. Toutes les pistes cyclables qui sont déneigées en hiver le sont selon le même niveau de priorité que la rue sur laquelle elles se trouvent», martèle Marilyne Laroche Corbeil, relationniste à la division des relations médias de la Ville de Montréal.

Quelles sont les routes prioritaires?  

Toutes les routes de Montréal sont effectivement classées en trois niveaux de priorité pour les opérations déneigement. Les voici, tels qu'identifiés par la Ville sur son site web :      

  • Priorité 1 : les grandes artères, les accès aux établissements de santé et aux écoles, les circuits d'autobus prioritaires et voies réservées, les rues commerciales d'envergure (ex : Sherbrooke, Lacordaire, Henri-Bourassa)     
  • Priorité 2 : les rues collectrices, les autres circuits d'autobus, les rues commerciales locales (ex : Cadillac, Bernard, Villeray)     
  • Priorité 3 : les rues locales et les secteurs industriels (ex : De Normanville, Beausoleil, Rameau)          

Les opérations de déneigement sont lancées par la Ville de Montréal dès que 2,5 centimètres de neige se sont accumulés au sol. Si l'accumulation est moindre mais que la chaussée et les trottoirs sont glissants, on fait simplement de l'épandage de sel et de pierre concassée.