/news/coronavirus

Un préposé aux bénéficiaires sur cinq abandonne sa formation

De futurs préposés aux bénéficiaires (PAB) complètent présentement leur stage dans les CHSLD. Il s’agit d’une deuxième cohorte qui suit la formation accélérée annoncée en juin par François Legault. Dès jeudi, les nouveaux préposés seront officiellement en poste.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Mais 20% des étudiants inscrits abandonnent la profession en cours de route. En Mauricie et dans le Centre-du-Québec, une centaine de futurs préposés aux bénéficiaires (PAB) ont changé de vocation.

Sur 399 inscriptions, 73 étudiants de la première cohorte ont abandonné le métier. La deuxième formation a attiré 121 personnes, mais 24 préposés inscrits ont aussi quitté la formation dans les semaines suivantes.

«C'est bien beau dépenser des millions de dollars sur des projets pour attirer du personnel. Mais il faut mettre [l'accent] sur la rétention du personnel, une problématique depuis des années en Mauricie. On a beau essayer de remplir une bouteille d'eau, si celle-ci est percée, on n’avancera pas à grand-chose malheureusement», a commenté vendredi Pascal Bastarache, président du Syndicat du personnel paratechnique des services auxiliaires et de métiers au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

Les nouveaux préposés ont été répartis dans les centres d'hébergement selon les besoins. Trois CHSLD de Trois-Rivières, Cooke, Cloutier-du Rivage et Roland-Leclerc, ont reçu le plus grand nombre, soit une dizaine de PAB chacun.

Denis Pratte, lui, ne reviendrait pas en arrière, malgré les semaines où il fait des heures supplémentaires. Il aime son métier et les 75 résidents du Centre d’hébergement Louis-Denoncourt. Il est au front depuis maintenant quatre mois.

«On est libre de faire du temps supplémentaire. Mais, des fois, on dit pour tel collègue, on va le faire, on va continuer. Comme cette semaine, j'ai fait trois fois 16 heures, mais ça se fait bien. C'est une seconde carrière de fin de carrière pour ma part. Après 36 ans dans les communications, j'ai fait le bon choix», a-t-il dit à TVA Nouvelles.

Une troisième cohorte commence les cours à la mi-février. Des employés déjà dans le réseau se sont inscrits.