/regional/saguenay

Vagues de vols sur des chantiers de construction, même à l'Hôpital de Chicoutimi

Des entrepreneurs sont inquiets parce que les vols d'outils sur les chantiers de construction semblent se multiplier, particulièrement sur les terrains de l'Hôpital de Chicoutimi, à Saguenay.

La police enquête sur une série de vols commis depuis deux mois dans le secteur.

Construction Unibec, qui est responsable des travaux de la future clinique d’imagerie par résonance magnétique (IRM) de l'Hôpital de Chicoutimi, a constaté un troisième vol d'outils sur son chantier en début de semaine.

«On en avait eu un en novembre, un autre le 24 décembre», a dit vendredi Marco Gobeil d’Unibec. Là, c'est le troisième.»

Des outils de valeur, comme des lasers rotatifs par exemple, ont été dérobés, mais aussi des ordinateurs portables et des matériaux. Unibec évalue le total des vols à environ 15 000 $.

«Ça retarde le chantier, car on doit remplacer les outils», a expliqué le travailleur. Et en plus, ça augmente nos primes d'assurance!»

La future clinique d'IRM sera annexée au bâtiment de l'Hôpital de Chicoutimi. Le Pavillon des Augustines, lui aussi collé sur le centre hospitalier, a également attiré les voleurs. D'autres entrepreneurs, qui entreposent leurs outils dans un local du Pavillon, ont aussi constaté des vols. C'est le cas d'Armec Construction, du secteur de La Baie, qui détient des contrats d'entretien à l'Hôpital de Chicoutimi et au pavillon.

«Lundi, on a découvert que le local avait été vidé en fin de semaine dernière», a expliqué le contremaître Martin Rodrigue. 3000 $ d'outils disparus, sans compter nos employés qui avaient laissé leurs propres outils.»

«Le local n'était pas barré, mais les outils étaient dans des coffres verrouillés, a-t-il poursuivi. Ça prend quelqu'un qui savait exactement où il s'en allait, qui connaissait le parcours.»

Armec a également subi un autre vol sur un chantier résidentiel sur la rue Tristan, il y a trois semaines. Là aussi, on parle de 15 000 $ de marchandises volées, y compris l'aspirateur central et des luminaires qui n'étaient même pas encore déballés.

Les policiers tentent présentement de voir si ces vols sont tous reliés. Ils ont en main une bonne description d'un suspect.

«On espère que ça va finir bientôt», a soupiré Marco Gobeil.