/news/politics

Québec solidaire réclame une meilleure reconnaissance des maladies psychologiques

Photo d'archives

Le député solidaire en matière de travail, Alexandre Leduc, a réclamé samedi matin l’inscription au projet de loi 59 des troubles d’adaptation et de dépression découlant d’un épuisement professionnel.

• À lire aussi: Ils n'auraient pas dû mourir

«Le Québec vit une véritable crise de santé mentale actuellement, mais dans le réseau de la santé et de l’éducation, cette crise existait déjà bien avant la pandémie. Comment ça se fait que les maladies psychologiques liées à l’épuisement professionnel ne sont pas davantage reconnues dans la réforme que nous propose la CAQ?», a ainsi avancé par communiqué M. Leduc.

Le gouvernement Legault avait déjà ouvert la porte à la possibilité de prendre en considération les maladies psychologiques comme des maladies professionnelles lors des consultations publiques sur le projet de loi.

Un premier pas encourageant pour le député solidaire d’Hochelaga-Maisonneuve, mais encore insuffisant.

«Le bien-être des travailleurs et des travailleuses, qu’ils œuvrent dans le réseau de la santé ou ailleurs, doit figurer au rang des priorités absolues dans la nouvelle mouture de la Loi sur les accidents de travail et les maladies professionnelles», a-t-il également précisé.

Plusieurs groupes entendus lors des consultations, dont la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), ont également soutenu cette proposition.

Le projet de loi 59 proposé par le gouvernement québécois vise à moderniser le régime de santé et de sécurité au travail.