/news/coronavirus

Accusé d'avoir vendu un faux vaccin contre la COVID

Un homme de l'État de Washington a été arrêté après avoir vendu un vaccin qu’il avait créé dans son laboratoire personnel. Il prétendait que son vaccin pouvait combattre la COVID-19.

Johnny Stine, 56 ans, a été accusé de vendre des produits illégalement. Le prix pour une dose variait entre 400$ et 1000$, rapporte le New York Daily News.  

«Pas testé et potentiellement dangereux, l’accusé injectait des gens avec une substance inconnue qu’il disait être un vaccin contre la COVID-19», a expliqué le procureur Brian T Moran.

Il dit que Stine n’avait pas de conscience pour avoir profité des peurs de la population pour soutirer de l’argent à ses victimes. 

gracieuseté, ministère de la Justice américain

Un enquêteur de l'administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA) a d’abord approché Stine en mars dernier, alors que la pandémie commençait à faire des ravages aux États-Unis.

L’accusé a alors dit à l’agent qu’il avait un vaccin pour combattre le cancer qu’il avait modifié pour combattre le nouveau coronavirus. 

L’enquêteur a poursuivi son enquête au point où l’accusé a proposé de faire le voyage pour vacciner des membres de la famille de l’agent. 

Même si le gouvernement a demandé à Stine de cesser de vendre son vaccin, mais celui-ci a continué. 

Au moins une personne qui a été inoculée par Stine a été hospitalisée après avoir contracté la COVID-19. 

S’il est reconnu coupable, il pourrait passer jusqu’à un an en prison.