/news/politics

Les conservateurs demandent à Trudeau de reconnaître le «génocide» ouïghour en Chine

Les conservateurs fédéraux demandent au gouvernement Trudeau de reconnaître, à l’instar du gouvernement américain notamment, la persécution des Ouïghours et d’autres minorités musulmanes par la Chine comme un génocide.

«Un certain nombre d’organismes, dont le Sous-comité des droits de la personne internationaux du Canada et deux administrations américaines, concluent que le gouvernement chinois commet des actes de génocide, ainsi que d’autres crimes contre l’humanité. Ces actes de génocide sont, entre autres, le contrôle systématique de la population, la violence sexuelle et la détention de masse», ont déclaré par communiqué, dimanche, le porte-parole en Affaires étrangères des conservateurs, Michael Chong, ainsi que le porte-parole en matière de Drois de la personne, Garnett Genuis.

Mike Pompeo, secrétaire d’État américain sous Trump, martelait depuis un certain temps que la Chine exerçait un «génocide», expression vue par certains comme trop appuyée. C’est tout juste quelques heures avant le transfert de pouvoir, le 20 janvier dernier, que l’administration Trump a reconnu la persécution des Ouïghours en Chine comme un génocide.

Cependant, tout indique que l’arrivée au pouvoir de l’administration Biden ne risque pas de changer l’approche américaine sur cette question, puisque le nouveau secrétaire d’État, Anthony Blinken, a lui aussi reconnu qu’un génocide était en cours.

Des documents secrets du gouvernement chinois, recueillis en 2019 par le Consortium international des journalistes d’enquête, révélaient à quoi ressemblaient les camps d’internement chinois, ainsi que leur fonction. L’ONU estime que plus d’un million de membres de la communauté ouïghoure ont été internés dans ces camps.

«C’est pourquoi nous pressons le gouvernement Trudeau de se joindre à l’administration Biden pour officiellement reconnaître le génocide des Ouïghours, ont ajouté les deux élus conservateurs. De plus, nous pressons le gouvernement d’encourager la reconnaissance du génocide par nos alliés. Finalement, nous pressons le gouvernement de travailler avec nos alliés, dont les États-Unis, afin de prendre des mesures coordonnées pour répondre à ce génocide.»

MM. Chong et Genuis ont indiqué qu’ils ont l’intention d’utiliser «divers outils parlementaires pour que le Parlement reconnaisse ce génocide, et ce, le plus tôt possible»

Le gouvernement de Justin Trudeau a refusé d’utiliser l’expression «génocide» pour décrire la persécution des Ouïghours en Chine.