/news/coronavirus

Malgré ses 101 ans, elle vainc la COVID

Yvonne Léveillée, 101 ans

Photo courtoisie

Une dame de Québec âgée de 101 ans a vaincu la COVID-19 au cours des dernières semaines, déjouant ainsi les pronostics au plus grand plaisir de ses cinq enfants, qui n’en reviennent toujours pas.

• À lire aussi: [EN DIRECT] Les derniers développements sur la COVID-19

«Elle doit avoir de bons gènes», lance en riant le fils d’Yvonne Lavallée, Denis Poulin. «On a toujours gardé espoir, mais veut, veut pas, vu son âge, on était réalistes et on s’attendait au pire. On n’en revient pas qu’elle s’en soit sortie».

Mme Lavallée fait partie des nombreux résidents de la RPA Louis-XIV qui ont contracté la maladie un peu avant les Fêtes. Quand on lui demande à quel point le virus l’a affectée, elle pense aussitôt à ses voisins qui ont eu moins de chance.

«Je n’ai pas été plus malade que d’autres. On en a perdu plusieurs, vous savez», lance la centenaire, la voix toujours vive. 

Guérie après un mois

Son fils précise que même si elle n’a pas contracté la forme grave de la maladie, sa mère a tout de même eu des difficultés respiratoires, de la grande fatigue et la perte du goût. 

«Elle a été malade. Elle était toujours couchée», confie Denis Poulin.

Yvonne Lavallée a finalement repris du poil de la bête dans les dernières semaines. Son fils affirme avoir cru qu’elle s’en sortirait la semaine dernière, quand il a reçu un appel de sa part.

«Elle m’a appelé pour me demander d’aller lui porter son Pepsi diète», raconte M. Poulin, un sourire dans la voix. 

«C’est là que j’ai compris qu’on allait la réchapper!», ajoute-t-il.

La dame de 101 ans sait que son histoire peut encourager certaines personnes qui pourraient contracter la maladie. 

Quand on martèle jour après jour que les gens de 65 ans et plus sont les plus à risque, il peut être bon pour le moral de savoir qu’une centenaire a réussi à déjouer le virus.

«Si ça peut convaincre quelqu’un que c’est possible, tant mieux», lance Mme Lavallée.

Le poids de la solitude

Malgré les bonnes nouvelles de sa guérison, Yvonne Lavallée insiste toutefois pour ne pas que l’on se berce d’illusions dans la situation des résidences pour personnes âgées. Malgré celles qui guérissent, plusieurs y ont laissé leur peau, rappelle-t-elle.

Et pour celles qui restent, le confinement forcé par la pandémie pèse lourd.

«C’est difficile», lance sans détour Mme Lavallée. 

«C’est dur la porte fermée, seuls dans nos appartements. On ne peut plus manger ensemble, on ne peut plus se voir. J’ai guéri, mais je ne peux pas plus voir mes enfants depuis qu’on est enfermés», lance la centenaire, pour qui la solitude est difficile certains jours. 

C’est pour ses cinq enfants, âgées de 64 à 73 ans, qu’elle garde le moral.