/news/coronavirus

Variants de la COVID : beaucoup moins long développer un nouveau vaccin

Si les vaccins actuels contre la COVID-19 s’avèrent inefficaces contre les différents variants détectés, le développement d’un nouveau vaccin serait beaucoup moins long. 

• À lire aussi: [EN DIRECT] Les derniers développements sur la COVID-19

• À lire aussi: Décès et vaccins COVID: pas de lien établi, mais une surveillance stricte

«Refaire un vaccin demain matin avec une nouvelle séquence ou un nouveau potentiel d’ARN du COVID, ça ne prendra pas 8-9 mois à fabriquer. On parle d’environ 6 semaines pour être en mesure de fabriquer une nouvelle ligne de vaccin», affirme le microbiologiste Marc Hamilton. 

Pour lui, avec tous les efforts qui ont été faits depuis le début de l’année 2020, «le pire est fait en terme d’innocuité et d’immunogénicité».  

Des études sont toujours en cours afin de déterminer si les vaccins actuels sont efficaces contre les variants de la Grande-Bretagne, du Brésil et de l’Afrique du Sud. 

S’il s’avère que les injections n’immunisent pas contre ces mutations, M. Hamilton croit que «la science aujourd’hui est en mesure de s’adapter rapidement au variant qui pourrait faire en sorte que les vaccins actuels seraient moins efficaces» et soutient qu’«on aurait beaucoup moins de temps à attendre». 

Le microbiologiste soutient cependant qu’un problème surviendrait au niveau de l’approvisionnement. 

«Le côté négatif, c’est qu’on va toujours être en train d’attendre les stocks s’il y a des variants qui deviennent un peu plus problématiques», prévient-il. 

Nouvelles approbations de Santé Canada

Marc Hamilton rappelle qu’en plus des vaccins de Pfizer et Moderna, les vaccins d’AstraZeneca et de Johnson & Johnson sont en attente d’approbation par Santé Canada. 

Selon lui, «c’est une question de jours, voire de semaines» avant que ces doses soient autorisées au pays. 

Ces nouveaux vaccins aideront à augmenter la cadence de vaccination de la province et préviendront des pénuries comme celle que le Canada connaîtra dans les prochaines semaines en raison des retards de livraison de Pfizer. 

«On aura besoin de ces deux compagnies pour amener plus de vaccins et créer moins d’incertitude dans les stocks qu’on va recevoir dans les prochaines semaines», explique-t-il.