/sports/homepage

La Floride se propose d'accueillir les JO si Tokyo renonce

Le responsable des finances de la Floride a écrit une lettre au Comité international olympique pour lui dire que son Etat était prêt à accueillir les Jeux olympiques, si Tokyo venait à renoncer à les organiser cet été.

• À lire aussi: JO de Tokyo: des conditions «extrêmement difficiles» à prévoir pour les sportifs non vaccinés

• À lire aussi: Le Japon s'accroche à ses Jeux olympiques, malgré des bruits d'annulation

• À lire aussi: Le gouvernement japonais dément les rumeurs d’annulation des JO

Dans son courrier à l'attention du patron du CIO Thomas Bach, qu'il a mis en ligne, Jimmy Patronis l'«encourage à envisager le transfert des Jeux olympiques 2021 de Tokyo, au Japon, aux États-Unis d'Amérique, et plus précisément en Floride».

«Les médias ayant rapporté que des dirigeants japonais avaient conclu "en privé", qu'en raison de la pandémie, les Jeux olympiques 2021 ne pourraient avoir lieu (à Tokyo, NDLR), il est encore temps de déployer une équipe» du CIO en Floride »pour rencontrer les responsables locaux sur la tenue des JO dans le Sunshine State», poursuit-il.

Dans sa lettre, Patronis vante les efforts de vaccination dans cet État, sa réouverture économique, les événements sportifs qu'il a accueillis pendant la pandémie, tel que le championnat de basket NBA, ainsi que le fait que ses parcs à thème, dont Disney World, sont ouverts aux entreprises. 

Mais la Floride a beaucoup souffert de la pandémie de coronavirus, avec plus de 25 000 décès jusqu'à présent, alors que le nombre de décès aux États-Unis approche les 420 000.

«Quelles que soient les précautions nécessaires, il faut trouver une solution et la mettre en œuvre», a encore appelé M. Patronis.

Vendredi dernier, le premier ministre japonais a balayé les rumeurs selon lesquelles son gouvernement aurait secrètement renoncé à organiser les JO (23 juillet-8 août).

«Je suis déterminé» à accueillir des Jeux olympiques «sûrs» à Tokyo, en signe de «victoire de l'humanité sur le nouveau coronavirus», avait-il déclaré lors d'une séance parlementaire.