/sports/homepage

Les Buccaneers et les Chiefs au Super Bowl

Tom Brady et Patrick Mahomes ont rendez-vous au Super Bowl.

Photos AFP

Tom Brady et Patrick Mahomes ont rendez-vous au Super Bowl.

Pour la dixième fois de son illustre carrière, Tom Brady se retrouvera au Super Bowl, cette fois aux commandes des Buccaneers de Tampa Bay. De l’autre côté, les Chiefs de Kansas City, avec leur jeune quart-arrière étoile Patrick Mahomes, auront l’opportunité de défendre leur titre. C’est tout un choc qui s’annonce, le 7 février, à Tampa. 

Les Buccaneers ont entamé la journée en disposant des Packers par la marque de 31-26 et deviendront la toute première équipe à disputer le match du Super Bowl dans leur stade. 

Ce sera aussi une deuxième année de suite avec la présence d’un joueur québécois au Super Bowl. Après Laurent Duvernay-Tardif l’an dernier, c’est au tour de l’ailier rapproché des Buccaneers Antony Auclair de se retrouver au match ultime. Il a été impossible de s’entretenir avec lui après la rencontre. 

Pour sa part, Brady devient le quatrième quart-arrière de l’histoire à amener deux équipes différentes au Super Bowl, après Craig Morton (Cowboys et Broncos), Kurt Warner (Rams et Cardinals) ainsi que Peyton Manning (Colts et Broncos). 

Le vétéran a connu un match en deux temps, avec 202 verges de gains en première demie et trois passes de touchés. En deuxième demie toutefois, il n’a ajouté que 78 verges et lancé trois interceptions. 

Les Buccaneers ont frappé dès leur séquence initiale à l’attaque quand Brady a rejoint son receveur Mike Evans dans la zone des buts pour un touché de 15 verges.  

Les Packers ont répliqué dès leur séquence offensive suivante quand Aaron Rodgers a lancé un dard à Marquez Valdes-Scantling, pour une passe et course de 50 verges. 

Tout s’est ensuite écroulé pour les Packers, qui ont vu leurs rivaux inscrire trois touchés de suite, se dotant d’une avance de 28-10 au début du troisième quart. Les têtes fromagées se sont tiré dans le pied en commettant deux revirements qui ont résulté en 14 points pour les Buccaneers.  

Remontée avortée  

Les Packers ont bien tenté de revenir dans le coup par la suite. Après des touchés de Robert Tonyan et Davante Adams, ils ont réduit l’écart à 28-23 au quatrième quart. Ils ont ensuite provoqué deux interceptions de Tom Brady coup sur coup, sans parvenir à inscrire le moindre point à partir de ces revirements. 

Les Buccaneers ont ensuite ajouté un placement de 46 verges de Ryan Succop pour augmenter leur avance. 

Dans une séquence offensive déterminante, les Packers ont ensuite cogné à la porte des buts, atteignant la ligne de 8 des Buccaneers. Dans une situation de quatrième essai, l’entraîneur-chef des Packers Matt Lafleur a opté pour un placement avec à peine deux minutes à jouer. La stratégie conservatrice fera longtemps jaser, considérant qu’elle a privé Aaron Rodgers de l’opportunité de réaliser un gros jeu. Le quart-arrière a terminé la rencontre avec 346 verges et trois passes de touchés. 

Les Chiefs trop explosifs  

Les Chiefs ont pour leur part vaincu les Bills 38-24 et Mahomes a brillé avec 325 verges et trois passes de touchés, dont deux à son ailier rapproché Travis Kelce. L’ailier espacé Tyreek Hill a aussi été dominant avec neuf réceptions pour 172 verges. 

Pourtant, les Bills s’étaient dotés d’une avance de 9-0 au premier quart. Sauf que les Chiefs sont devenus des habitués à ce genre de scénario. Depuis 2019, ils montrent un éloquent dossier de huit victoires et deux revers quand ils tirent de l’arrière par au moins neuf points. 

Les Chiefs ont été redoutables à l’attaque avec cinq touchés en autant de présences dans la zone payante. C’est un aspect critique, eux qui montraient un taux de réussite ordinaire à 59% dans ce contexte cette saison. Au contraire, les Bills ont inscrit seulement deux touchés en quatre présences.  

Les Bills ont dû se contenter de quatre bottés de placement, dont deux à la ligne de 8 et de 2 verges des Chiefs. Ce n’est pas la recette du succès contre une équipe aussi explosive.  

Le pivot des Bills, Josh Allen a récolté une partie de ses 287 verges de gains quand la cause était perdue. Son as receveur Stefon Diggs a été limité à 77 verges. 

La tertiaire sous-estimée des Chiefs a fait le travail, tout comme le front défensif. Selon ESPN, Josh Allen s’est retrouvé sous pression sur 27 des 57 jeux de passe qui ont été appelés, un taux énorme. 

Les représentants de Kansas City auront l’occasion de devenir les premiers depuis les Patriots de 2003 et 2004 à remporter le Super Bowl deux années de suite.