/regional/saguenay

27 000 $ de loyers impayés en cinq ans

Un locataire de Saguenay a accumulé une douzaine de décisions pour non-paiement de loyer et huit ordonnances d’expulsion en cinq ans, une situation devenue très rapidement compliquée pour ses propriétaires.

«On n’a jamais eu de problème avec des locataires, mais là on se retrouve avec le jackpot», a déclaré à TVA Nouvelles Joanie Tremblay qui, avec son conjoint, a ce locataire depuis novembre dernier dans un jumelé après avoir publié une annonce sur les réseaux sociaux.

«On avait 42 messages. On a sélectionné quatre personnes pour venir visiter», a précisé Mme Tremblay.

Trois mois plus tard, ils n’ont toujours reçu aucun paiement du locataire choisi.

«Il n’y a pas personne qui veut se retrouver à payer deux hypothèques en même temps», a estimé son conjoint, Vincent Labelle.

Le couple vient d’obtenir une décision du Tribunal administratif du logement pour être payé et pour expulser leur locataire, mais celui-ci peut faire appel.

«Il n’avait pas nécessairement les fonds dès le premier mois, mais il nous disait toujours qu’il attendait des chèques, a expliqué M. Labelle. On donne le bénéfice du doute. Aussi, on est quand même en période de pandémie. On se disait, bon, le gars a peut-être quand même de bonnes intentions. Il me disait, non, non, ne vous inquiétez pas. Je suis une bonne personne aussi. J’ai toujours payé mes choses.»

Ce locataire, c’est Alexandre Tremblay-Bouchard. Depuis 2015, la Régie du logement a prononcé une douzaine de décisions à son sujet et huit ordonnances d’expulsion ont été rendues pour près de 27 000 $ de loyers impayés.

TVA NOUVELLES

Serge Lefebvre est le propriétaire d’une maison sous-louée précédemment par Alexandre Tremblay-Bouchard.

«On a quand même vérifié les références qu’il avait données à mon locataire. Les références de quelqu’un à Québec. Une banque. Tout concordait, soutient M. Lefebvre. Il a demeuré chez nous huit mois. Il n’a jamais payé.»

Serge Lefebvre a reçu un jour la visite du propriétaire qui avait eu le même locataire avant lui.

«Il est venu me voir pour me dire, toi, chez toi, il te paye-tu? Il m’a dit non. Il ne paye pas. Il vient de partir de chez moi. C’était l’enfer.»

Cet autre propriétaire c’était Karine Dumont, qui lui avait loué une autre résidence auparavant.

«Ça m’a enlevé le goût de louer des logements, a indiqué Mme Dumont. C’était toujours des promesses. Il me disait tout le temps qu’il allait avoir un montant d’argent qui allait débloquer. Donc, il a fallu que je me rende à la Régie du logement pour l’évincer. Il a failli me faire faire une faillite. Je suis une petite mère monoparentale. Je n’avais pas beaucoup d’argent. Ç’a été un cauchemar. Il a fini par sortir, mais il n’a pas payé plus.»

«Son ancien propriétaire me demandait pourquoi vous ne m’avez pas contacté? On lui a dit, bien oui, on vous a contacté. C’est là que l’on s’est rendu compte qu’il nous avait donné de fausses références», a expliqué Vincent Labelle.

Sa conjointe, Joanie Tremblay, estime avoir fait la bonne démarche.

«On ne peut pas dire que nos recherches sur ses antécédents étaient mal faites. Si c’était une chose à refaire sur le prochain locataire, je referais la même chose. Je n’ai pas mal fait le travail. C’est vraiment juste que lui, tout est falsifié.»

«Cinq ans comme ça, qu’il fait le même «pattern», si on veut. Je pense que la Régie pourrait agir plus rapidement dans un cas comme ça. Avec la Régie du logement, c’est une petite tape sur les doigts et va recommencer ailleurs», s’interroge Vincent Labelle.

Karine Dumont a appris après cette expérience.

«Il faut vraiment faire une enquête de crédit. Il ne faut pas faire confiance. J’ai été un peu naïve dans tout ça.»

Serge Lefebvre, lui, va modifier son approche.

«On va exiger des dépôts. On va faire des analyses de crédit encore plus serrées. Ce que j’espère, c’est qu’il [Alexandre Tremblay-Bouchard] va se ranger du bon côté de la médaille comme on dit et faire comme tout le monde, qu’il va payer ses choses. On ne peut pas vivre dans une société en faisant ce qu’il fait. C’est impensable.»

TVA Nouvelles n’a pu obtenir les commentaires d’Alexandre Tremblay Bouchard malgré ses tentatives.